Venir en aide aux enfants exposés à la violence conjugale : évaluation d’un projet pilote de collaboration intersectorielle

Venir en aide aux enfants exposés à la violence conjugale : évaluation d’un projet pilote de collaboration intersectorielle

Venir en aide aux enfants exposés à la violence conjugale : évaluation d’un projet pilote de collaboration intersectorielle

Venir en aide aux enfants exposés à la violence conjugale : évaluation d’un projet pilote de collaboration intersectorielles

| Ajouter

Référence bibliographique [1403]

Dubé, Myriam et Boisvert, Raymonde. 2009. «Venir en aide aux enfants exposés à la violence conjugale : évaluation d’un projet pilote de collaboration intersectorielle ». Revue de l’IPC Review, vol. 3, p. 179-200.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Les objectifs spécifiques de cette étude exploratoire sont les suivants : • Identifier les difficultés résultant de l’application des modalités de collaboration et de référence • Identifier les conditions facilitatrices • Positionner les rôles, s’il y a lieu • Proposer des ajustements, si nécessaire, dans l’application du protocole. » (p. 183)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Douze intervenantes et intervenants qui ont à utiliser ce protocole (huit ont reçu la formation et quatre ne l’ont pas reçue).

Instruments :
Grille d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Un protocole de collaboration intersectorielle pour les enfants exposés à la violence conjugale a été implanté dans le cadre d’un projet pilote prenant place à l’intérieur de deux réseaux de services sociaux et de santé à Montréal. Ce protocole présente quatre modalités bien définies de collaboration (échange d’informations, références personnalisées, transferts personnalisés et échanges cliniques) partagées par six partenaires provenant des secteurs communautaires et institutionnels, soit les maisons d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale, les organismes pour conjoints ayant des comportements violents, les Centres de santé et de services sociaux, les centres jeunesse, Côté Cour et le Service de police de la Ville de Montréal. Une étude exploratoire dresse un constat de l’implantation dans ces deux réseaux. Les résultats montrent qu’une connaissance pratique et intégrée de l’articulation des mandats et du fonctionnement de l’ensemble des organisations facilite l’utilisation du protocole par l’ensemble des partenaires. La recherche d’un certain nombre d’acteurs qui connaissent les deux cultures organisationnelles (communautaire et institutionnel) afin de faciliter l’arrimage entre celles-ci par le partage d’un langage commun est une recommandation du présent rapport. » (p. 180)