La richesse des réseaux personnels : parenté, amis, connaissances : le cas de l’établissement conjugal

La richesse des réseaux personnels : parenté, amis, connaissances : le cas de l’établissement conjugal

La richesse des réseaux personnels : parenté, amis, connaissances : le cas de l’établissement conjugal

La richesse des réseaux personnels : parenté, amis, connaissances : le cas de l’établissement conjugals

| Ajouter

Référence bibliographique [1332]

Girard, Marie Ginette. 2009. La richesse des réseaux personnels : parenté, amis, connaissances : le cas de l’établissement conjugal. Saint-Patrice-de-Beaurivage, Québec: Les Éditions Félix-T.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’idée maîtresse de ce livre consistait à saisir la dynamique de l’assistance obtenue de la parenté, des amis et des connaissances. Considérant que la dualité des liens tissés serrés et mi-serrés était généralement ignorée dans les recherches, il importait de clarifier la situation de deux façons : confirmer la vitalité des réseaux tissés serrés - souvent mise en doute - et souligner la participation des réseaux mi-serrés au procès du soutien. » (p. 179)

Questions/Hypothèses:
« Les liens tissés serrés étaient-ils encore vivaces? Les liens mi-serrés pouvaient-ils servir de complément à l’aide des proches? » (p. 106)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 20 couples de la région de Québec qui ont accepté de passer une entrevue et de compléter un questionnaire.

Instruments:
- Questionnaire
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Analyse statistique

3. Résumé


Ce livre est issu de la thèse de doctorat de l’auteure. Il « [...] est d’abord une réflexion sur un changement important dans les sociétés modernes, soit la dualité des liens sociaux. Cette transformation s’est déployée dans le contexte de l’industrialisation et de l’urbanisation. Le soutien aux individus comporte deux faces : d’un côté, les liens intimes, c’est-à-dire la parenté et les amis, et de l’autre, les liens non intimes, formés de connaissances multiples et variées. Dès lors, pour comprendre de quelle façon s’opère le soutien, il faut porter l’analyse sur les deux sortes de réseaux, intimes et non intimes, sachant que l’assistance aux individus en dépend. » (quatrième de couverture)