Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée : colloque sur la justice familiale

Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée : colloque sur la justice familiale

Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée : colloque sur la justice familiale

Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée : colloque sur la justice familiales

| Ajouter

Référence bibliographique [1325]

Goubon, Dominique. 2009. Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée : colloque sur la justice familiale. Cowansville: Éditions Yvon Blais.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent ouvrage rassemble les textes des conférences prononcées lors du colloque intitulé ‘Du droit de l’enfant à l’intérêt de la famille séparée’ qui s’est tenu à Moncton, les 7 et 8 novembre 2008.» (quatrième de couverture)

Questions/Hypothèses :
Les questions suivantes ont été soulevées lors du colloque : «Ne recoure-t-on pas trop souvent à l’enfant pour influencer la décision? Sous le prétexte de savoir la vérité, combien de fois doit-on interroger un enfant? Existe-t-il des solutions pour éviter ces dérapages? Comment intervenir pour soutenir et favoriser l’exercice des compétences parentales sans compromettre les responsabilités parentales? Comment les professionnels soucieux de ‘bientraitance’ et respectueux des compétences des familles peuvent-ils remplir leur mission et donner une réelle cohérence à des interventions plurielles pour des familles plurielles, chacune étant unique?» (p. xi-xii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«De plus en plus de familles se voient confrontées à une rupture. Deux liens s’entremêlent et des droits s’entrecoupent : le lien conjugal se termine alors que le lien familial survit au-delà de la rupture du couple. L’enfant, objet de la dispute des parents, sera pris dans un conflit de loyauté, parfois intenable, mettant en péril son développement. Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté au développement fulgurant des modes pacifiques de résolution des conflits familiaux : le droit collaboratif, la conciliation judiciaire par un juge, l’accent mis sur le rôle de l’avocat en tant que négociateur et l’importance de poser des actes de médiation que l’on soit expert en matière de garde d’enfants ou intervenant en protection de la jeunesse. L’évolution et la reconnaissance des droits de l’enfant on conduit les intervenants socio-judiciaires à inviter de plus en plus souvent l’enfant à s’exprimer lors d’un conflit le concernant. En lui offrant un avocat pour le représenter au même titre que ses parents, avec les mêmes règles, les mêmes procédures, on a fait la sacralisation de la parole de l’enfant. […] C’est dans cet esprit […] qu’a eu lieu ce premier colloque […] qui réunissait la FAJEF [Fédération des associations de juristes d’expression française de common law inc] et l’AIFI [Association internationale francophone des intervenants auprès des familles séparées] à Moncton, Nouveau-Brunswick.» (p. xi-xii)

Les textes suivants font l’objet d’une fiche dans Famili@ :

- Goubau, Dominique, «L’évolution de la place de l’enfant au sein du droit de la famille séparée au Canada»
- Cyr, Francine, «Entre le droit et l’intérêt de l’enfant: une question de responsabilité parentale»
- Timmermans, Harry, «Les séminaires sur la coparentalité»