La migration interrégionale au Québec en 2013-2014: nouvelle baisse de la mobilité

La migration interrégionale au Québec en 2013-2014: nouvelle baisse de la mobilité

La migration interrégionale au Québec en 2013-2014: nouvelle baisse de la mobilité

La migration interrégionale au Québec en 2013-2014: nouvelle baisse de la mobilités

| Ajouter

Référence bibliographique [13195]

St-Amour, Martine. 2015. «La migration interrégionale au Québec en 2013-2014: nouvelle baisse de la mobilité ». Coup d’œil sociodémographique, no 37, p. 1-15.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce document dresse un portrait de la migration interrégionale au Québec entre le 1er juillet 2013 et le 1er juillet 2014.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les statistiques de migration interne proviennent d’une compilation des données du Fichier d’inscription des personnes assurées (FIPA) de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).» (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Environ 193 000 personnes ont changé de région administrative de résidence entre le 1er juillet 2013 et le 1er juillet 2014, soit 2,4% de la population québécoise. Le nombre de migrants interrégionaux est légèrement inférieur à celui de l’année 2012-2013 et en baisse de façon plus marquée par rapport aux années précédentes […]. De 2006-2007 à 2011-2012, il se situait autour de 210 000 annuellement. Il était encore un peu plus élevé, soit environ 220 000, à la fin des années 1990 et dans la première moitié des années 2000. Le taux annuel de migration interrégionale était alors d’un peu plus de 3 %. Soulignons qu’il n’y a pas qu’au Québec que la migration interne est en baisse.» (p. 1) L’auteure prétend que «le déficit chez les 0-14 ans indique que la rétention des familles avec enfants reste un enjeu pour Montréal. Les pertes dans ces deux groupes d’âge tendent toutefois à se réduire depuis quelques années.» (p. 6) Par contre, «Chaudière-Appalaches et l’Outaouais font surtout des gains au chapitre des migrations familiales.» (p. 7)