Recensement des actions évaluées à destination des enfants exposés à la violence conjugale

Recensement des actions évaluées à destination des enfants exposés à la violence conjugale

Recensement des actions évaluées à destination des enfants exposés à la violence conjugale

Recensement des actions évaluées à destination des enfants exposés à la violence conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [13165]

Savard, Nathalie et Zaouche Gaudron, Chantal. 2013. «Recensement des actions évaluées à destination des enfants exposés à la violence conjugale ». Psychologie française, vol. 58, no 4, p. 319-336.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]e premier [objectif] consiste à décrire les programmes d’intervention collective évalués, s’adressant spécifiquement aux enfants et aux adolescents (âgés de 4 à 17 ans) exposés à la violence conjugale qui sont réalisés, exclusivement ou en partenariat, avec les centres d’accueil et les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Cette description se déclinera en deux étapes. Nous exposerons pour chaque programme, leurs caractéristiques (clientèle cible et fondements théoriques) et leurs objectifs. Nous présenterons également les activités réalisées pour atteindre chacun des objectifs; le second objectif consiste à analyser les différentes modalités d’évaluation et leurs résultats de façon à ce que les chercheurs et praticiens puissent, d’une part, juger de l’efficacité des programmes et, d’autre part, dégager des pistes pour le développement et l’amélioration des évaluations.» (p. 320-321)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[N]ous avons seulement conservé les programmes présentant les résultats d’une évaluation. Cependant, jusqu’à présent, très peu ont été évalués, nous avons donc sélectionné six programmes d’intervention collective.» (p. 321) Trois de ces programme sont québécois.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Malgré nos recherches, nous ne sommes pas parvenues à identifier de programmes ayant bénéficié d’une évaluation ailleurs qu’aux États-Unis et au Canada. Nous observons, en effet, par exemple que le Québec est en avance par rapport à la France puisque 53% des centres d’hébergement et de réinsertion sociale pour femmes victimes de violence conjugale disposent là-bas d’un programme d’intervention spécifique pour les enfants exposés à la violence conjugale (Trainor, 1999), ce qui facilite la mise en place d’évaluations. […] En ce qui concerne les programmes, outre les obstacles rencontrés quant à la mise en place et au financement de ces dispositifs, la difficulté réside dans le choix du type d’actions à déployer. […] Le modèle le plus fréquemment utilisé reste celui de l’approche féministe (DAP, Ensemble... On découvre, Re-socialisation) qui permet un travail essentiellement basé sur les rapports égalitaires hommes/femmes et se distingue en général des autres approches par l’importance accordée à l’analyse sociale de la violence. Ce sont ensuite les approches systémiques (Je m’en sors, c’est mon sort), cognitivo-comportementales (Child Witness of Wife Abuse) et psycho-éducationnelles ainsi que le modèle de l’apprentissage social (le programme de Pâquet-Deehy et al., 1997) qui sont le plus fréquemment identifiés comme modèle de référence théorique.» (p. 331)