La situation des citoyens haïtiens parrainés au Québec après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti : une étude exploratoire des expériences migratoires

La situation des citoyens haïtiens parrainés au Québec après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti : une étude exploratoire des expériences migratoires

La situation des citoyens haïtiens parrainés au Québec après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti : une étude exploratoire des expériences migratoires

La situation des citoyens haïtiens parrainés au Québec après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti : une étude exploratoire des expériences migratoiress

| Ajouter

Référence bibliographique [13159]

Saint Louis, Jessie Marie Michèle. 2014. «La situation des citoyens haïtiens parrainés au Québec après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti : une étude exploratoire des expériences migratoires». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous avons mené une recherche qualitative exploratoire afin de mieux comprendre la situation de nouveaux arrivants haïtiens établis à Montréal suite au séisme.» (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Entre novembre 2012 et janvier 2013, nous avons réalisé neuf entrevues dont sept avec des femmes et deux avec des hommes âgés de 23 à 60 ans.» (p. i)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats suggèrent que les participants accordent beaucoup d’importance à la vie dans le pays d’origine avant la migration dans l’élaboration de leurs expériences. L’expérience actuelle « ici » est élaborée en comparaison à l’expérience passée « là-bas ». Les participants insistent également sur l’importance du réseau familial lors du processus migratoire, à la fois dans les démarches d’émigration et dans l’accompagnement au pays d’accueil. Des émotions douloureuses ont été exprimées face à la séparation familiale, vécue comme une des conséquences de la migration. Les participants ont tous entamé des démarches d’insertion en emploi mais ils ont fait face à des difficultés dont la plupart d’entre eux qualifient de « structurelles » et que certains qualifient de difficultés « personnelles ». Enfin, les résultats indiquent que les participants sont porteurs d’un imaginaire migratoire qui s’exprime par des aspirations et des attentes par rapport à la société d’accueil et qui rend compte d’une tension entre ces aspirations et les expériences vécues.» (p. i)