Services de garde éducatifs subventionnés : des enjeux d’accessibilité et de flexibilité

Services de garde éducatifs subventionnés : des enjeux d’accessibilité et de flexibilité

Services de garde éducatifs subventionnés : des enjeux d’accessibilité et de flexibilité

Services de garde éducatifs subventionnés : des enjeux d’accessibilité et de flexibilités

| Ajouter

Référence bibliographique [13117]

Québec, Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du. 2015. Services de garde éducatifs subventionnés : des enjeux d’accessibilité et de flexibilité. Montréal: Mémoire présenté à la Commission des relations avec les citoyens chargée d’étudier le Projet de loi 27 (Loi sur l’optimisation des services de garde éducatifs à l’enfance subventionnés).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le présent mémoire vise à «aborder l’ensemble des enjeux liés à l’accessibilité et à la flexibilité des services de garde subventionnés.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«[L]es conditions de vie des familles monoparentales et recomposées se sont grandement améliorées depuis l’époque où la FAFMRQ [Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec] voyait le jour. Cette amélioration est, sans conteste, attribuable à la mise en place de mesures de soutien aux familles solides et efficaces, dont la création d’un réseau public de services de garde éducatifs de qualité à contribution réduite. Comme maintes études l’ont démontré, ce programme universel a eu des impacts plus que positifs sur le taux d’activité des mères et sur le développement des jeunes enfants […] Pour ce qui est des moyens préconisés pour solutionner les problèmes d’assiduité dans les services de garde subventionnés, nous croyons que le projet de loi 27 ratent [sic] la cible en voulant sanctionner les parents. D’autant plus que les sanctions risquent d’affecter majoritairement des travailleuses à faible revenu puisque ce sont elles qui occupent des emplois au bas de l’échelle et qui, en raison de leurs mauvaises conditions de travail, éprouvent davantage de difficultés à concilier leurs responsabilités familiales et leurs obligations professionnelles.» (p. 10)