Définitions, conditions et défis de l’alliance parent-intervenant en contexte d’aide contrainte : points de vue des parents et des professionnels en centre jeunesse

Définitions, conditions et défis de l’alliance parent-intervenant en contexte d’aide contrainte : points de vue des parents et des professionnels en centre jeunesse

Définitions, conditions et défis de l’alliance parent-intervenant en contexte d’aide contrainte : points de vue des parents et des professionnels en centre jeunesse

Définitions, conditions et défis de l’alliance parent-intervenant en contexte d’aide contrainte : points de vue des parents et des professionnels en centre jeunesses

| Ajouter

Référence bibliographique [13108]

Proulx, Isabelle. 2013. «Définitions, conditions et défis de l’alliance parent-intervenant en contexte d’aide contrainte : points de vue des parents et des professionnels en centre jeunesse». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude expose la manière dont les parents et les professionnels définissent le type de relation d’aide à privilégier dans le contexte particulier de la protection de la jeunesse.» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[L]’étude analyse une partie des données recueillies auprès de vingt parents concernés par l’intervention, vingt intervenants sociaux et dix membres du personnel encadrant dans le cadre d’une vaste recherche portant sur l’analyse des rapports de pouvoir au sein des pratiques axées sur l’empowerment des parents dont les enfants reçoivent des services d’un centre jeunesse pour motif de négligence (Lemay, Proulx et Charest, 2012).» (p. ii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats montrent que les parents recherchent une relation d’aide qui se déploie en fonction des deux dimensions de l’alliance thérapeutique, soit un lien affectif et un lien de collaboration. On constate par ailleurs un écart, parfois important, entre la relation souhaitée par les parent et la relation qu’ils rapportent avoir vécue. Pour expliquer cet écart, les résultats suggèrent les hypothèses suivantes: les intervenants sous-estiment parfois le développement du lien d’attachement au profit d’une logique centrée sur la tâche; de façon générale mais non systématique, les intervenants ne connaissent pas ce qui définit une relation de bonne et de mauvaise qualité aux yeux des parents, pas plus qu’ils ne discutent avec eux de leur appréciation de la relation en cours d’intervention; les intervenants manquent de connaissances sur la construction et révolution d’une relation d’alliance; les intervenants ont tendance a surestimer la responsabilité des parents lorsque la relation établie connait des difficultés; dans certaines circonstances, le cadre d’intervention peut constituer une entrave au développement de l’alliance.» (p. 159)