Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générations

Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générations

Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générations

Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générationss

| Ajouter

Référence bibliographique [12975]

Lobet, Delphine et Cavalcante, Lidia Eugenia. 2014. «Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générations ». Enfances, Familles, Générations, no 20, p. i-xii.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article introductif propose un aperçu de la situation présente de la recherche en sciences sociales sur la question des rapports de génération étudiés dans le sens inverse au sens habituel, c’est-à-dire dans le sens enfants-parents.» (p. i)

Questions/Hypothèses :
«Comment la recherche traite-t-elle cette importante question de la transmission à rebours, de la socialisation inversée, de la filiation ascendante, en bref comment traite-t-elle cette question: que font les enfants à leurs parents et à leur famille?» (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«De ce rapide tour d’horizon de la recherche, nous constatons que les exemples d’influences intergénérationnelles qui contreviennent au sens descendant, des parents aux enfants, traditionnellement défini comme celui imprimé aux flux familiaux sont nombreux. Ces influences sont indéniables, mais elles ont, somme toute, été peu documentées par la recherche, en tout cas pas de manière méthodique (elles n’ont pas été constituées en objet central de recherche), et surtout, elles ont été peu théorisées. À notre connaissance, ce phénomène n’a, jusqu’ici, pas fait l’objet d’une réflexion systématique. Cette réflexion assurerait sa fécondité en pensant les influences familiales ascendantes à l’aide de la notion de socialisation […]. Quels sont les cadres, les modalités, les temps et les effets des influences des enfants sur leurs parents? Appliquer ces questions, simples mais fondamentales, aux rapports enfants-parents permettrait de produire d’importantes avancées dans la description et la compréhension des relations familiales.» (p. iv-v)