Les rêves durant la grossesse : étude de leur nature et de leur rôle prédictif dans l’adaptation psychologique à la maternité

Les rêves durant la grossesse : étude de leur nature et de leur rôle prédictif dans l’adaptation psychologique à la maternité

Les rêves durant la grossesse : étude de leur nature et de leur rôle prédictif dans l’adaptation psychologique à la maternité

Les rêves durant la grossesse : étude de leur nature et de leur rôle prédictif dans l’adaptation psychologique à la maternités

| Ajouter

Référence bibliographique [12930]

Lara-Carrasco, Jessica. 2013. «Les rêves durant la grossesse : étude de leur nature et de leur rôle prédictif dans l’adaptation psychologique à la maternité». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette thèse [par articles] vise à offrir une meilleure description de la nature des rêves du troisième trimestre de la grossesse (≥26 semaines), ainsi qu’une évaluation du rôle des rêves dans l’adaptation psychologique.» (p. 35) «L’objectif [du troisième article est] de déterminer si les rêves recueillis auprès de femmes enceintes au troisième trimestre de la grossesse permettent de prédire l’adaptation à la maternité en postpartum, au-delà des variables psychologiques et sociodémographiques prénatales pouvant agir comme facteurs de risque d’une mauvaise adaptation.» (p. 42) Cette fiche porte uniquement sur le troisième article de cette thèse.

Questions/Hypothèses :
«Les caractéristiques affectives et représentationnelles des rêves de la grossesse devraient permettre de prédire l’adaptation psychologique en postpartum et ce, même en contrôlant les facteurs de risque associés à un mauvais ajustement maternel. […] Nous nous attendons à ce que les femmes rêvant davantage à leur relation avec leur futur bébé et avec leur propre mère, ainsi que celles dont les affects oniriques sont plus négatifs (mesurés sous l’angle du masochisme onirique), aient des scores de dépression postnatale inférieurs à l’IDPE [l’Inventaire de dépression postnatale d’Édimbourg] et une meilleure adaptation maternelle selon leurs scores aux trois échelles du WPL-R [What Being the Parent of a New Baby Is Like-Revised]» (p. 42)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Fifty-five 3rd trimester pregnant women (Mean weeks gestation=29.71±3.63) aged 18-37 years from the province of Québec (Canada) participated in this study.» (p. 120)

Instruments :
- Inventaire de dépression postnatale d’Édimbourg
- What Being the Parent of a New Baby Is Like-Revised

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Results support the idea that dreamed emotions and maternal representations during the 3rd trimester of a first pregnancy predict adjustment to motherhood 10-14 weeks postpartum. First, controlling for education level and prenatal depression, more frequent masochistic dreams and dreamed representations of the woman’s relationship with her own mother predicted lower WPL-R Change, i.e., less perceived stress and change in her personal and relational life. Dreamed masochism and mother-daughter representations were not correlated, suggesting that they are independently associated with this outcome measure. Second, controlling for age, education level and prenatal depression, more frequent dreamed representations of the woman’s relationship with her own mother additionally predicted higher WPL-R Satisfaction, i.e., satisfaction from parenting and caring for and knowing her baby. […] The results also suggest that a pregnant woman’s dreaming about her relationship with her own mother is particularly likely to benefit her adjustment to motherhood. However, our results did not replicate the Kron and Brosh (2003) finding that more masochistic dream elements predict lower postnatal depression. In fact, neither postnatal depression, satisfaction with motherhood or the infant’s centrality in the woman’s thoughts was predicted by any of the pregnancy dream variables. (p. 123-124)