Être intervenant auprès de parents ayant un trouble de personnalité limite en protection de la jeunesse : quand la souffrance de l’un se conjugue au désarroi de l’autre

Être intervenant auprès de parents ayant un trouble de personnalité limite en protection de la jeunesse : quand la souffrance de l’un se conjugue au désarroi de l’autre

Être intervenant auprès de parents ayant un trouble de personnalité limite en protection de la jeunesse : quand la souffrance de l’un se conjugue au désarroi de l’autre

Être intervenant auprès de parents ayant un trouble de personnalité limite en protection de la jeunesse : quand la souffrance de l’un se conjugue au désarroi de l’autres

| Ajouter

Référence bibliographique [12928]

Laporte, Lise, Baillargeon, Louise, Sanchez, Isabelle et Desrosiers, Lyne. 2014. «Être intervenant auprès de parents ayant un trouble de personnalité limite en protection de la jeunesse : quand la souffrance de l’un se conjugue au désarroi de l’autre ». Revue de Psychoéducation, vol. 43, no 2, p. 323-347.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude exploratoire a donc pour objectif de cerner les défis et les besoins des intervenants oeuvrant dans le milieu de la protection de la jeunesse auprès des parents ayant un TPL [trouble de personnalité limite] avéré ou dont les caractéristiques sont perçues par les intervenants comme des traits de personnalité limite. Elle propose de mettre en lumière leurs observations et leurs représentations à l’égard du travail auprès de familles touchées par le TPL afin d’en dégager des pistes de solution pour bonifier leurs interventions.» (p. 326)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données ont été recueillies selon la méthode du groupe cible (focus group) auprès de 104 intervenants du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire dans le cadre de six rencontres.» (p. 323)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats suggèrent que ceux-ci perçoivent que leurs interventions auprès de ces familles sont soumises à un ensemble de contingences qui rendent leur travail particulièrement complexe et exigeant. Trois thèmes principaux reliés aux préoccupations et aux difficultés à l’égard de leur pratique et de leurs besoins ont ainsi été mis en évidence. Le premier concerne les difficultés d’intervention liées au contexte interpersonnel. Les analyses révèlent notamment que devoir concilier protection des enfants et aide aux parents ou encore parler aux enfants du trouble mental de leur parent s’avèrent difficile pour eux. Le second thème, les enjeux liés au contexte environnemental, concernent leurs perceptions des contingences associées à l’organisation interne des services en centre jeunesse et à la collaboration avec les partenaires externes (milieu judiciaire et psychiatrie adulte). L’impact des contextes interpersonnel et environnemental sur les intervenants eux-mêmes constitue le troisième thème. Les analyses suggèrent que la prise en charge des familles touchées par ce trouble mental sollicite énormément les intervenants sur le plan affectif et cognitif et leur pose des défis cliniques quotidiens.» (p. 323-324)