La parentalité dans l’organisation sociale des connaissances de la négligence envers enfant au Québec

La parentalité dans l’organisation sociale des connaissances de la négligence envers enfant au Québec

La parentalité dans l’organisation sociale des connaissances de la négligence envers enfant au Québec

La parentalité dans l’organisation sociale des connaissances de la négligence envers enfant au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [12910]

Lafantaisie, Vicky, Milot, Tristan et Lacharité, Carl. 2015. «La parentalité dans l’organisation sociale des connaissances de la négligence envers enfant au Québec ». DIALOGUE, no 207, p. 71-82.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans l’optique où, au Québec, la recherche de pointe joue un rôle substantiel dans la configuration des services offerts aux familles […], nous proposons d’explorer la manière dont la recherche de pointe dans le domaine de la négligence envers l’enfant contribue à l’exclusion du point de vue des parents dans la compréhension de cette problématique.» (p. 72)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«La recherche de pointe sur le plan international, nous l’avons vu, participe à camper la négligence envers l’enfant dans cette perspective individualisante de la maltraitance en étudiant principalement les caractéristiques personnelles des parents et des enfants, et ce, à partir de l’unique perspective des chercheurs. Dans ce contexte, le relief de la vie et la subjectivité de ces personnes disparaissent pour laisser place à un portrait standardisé et idéologiquement construit. Ce ’lissage’ conceptuel de l’expérience vécue par les enfants et les parents favorise une prise en charge ‘normative’ des familles par les professionnels et ne permet pas de considérer ce qu’Houzel (1999) et Sellenet (2007) qualifient d’expérience de la parentalité, soit la situation telle qu’elle est vécue et ressentie par le parent. […] Notre article invite donc les chercheurs et les professionnels (du Québec, mais aussi d’ailleurs) à créer des espaces de participation et de dialogue avec les parents non seulement pour comprendre et agir dans les situations particulières qui les affectent, mais aussi dans le but de construire des savoirs collectifs qui mettent en perspective les connaissances scientifiques actuelles sur la négligence à partir des savoirs d’expérience que les parents et les professionnels réussissent à façonner.» (p. 79-80)