Jeunesse en mouvement : relations au monde et pratiques culturelles chez les jeunes femmes de Manawan

Jeunesse en mouvement : relations au monde et pratiques culturelles chez les jeunes femmes de Manawan

Jeunesse en mouvement : relations au monde et pratiques culturelles chez les jeunes femmes de Manawan

Jeunesse en mouvement : relations au monde et pratiques culturelles chez les jeunes femmes de Manawans

| Ajouter

Référence bibliographique [12899]

Labrecque, Katherine. 2015. «Jeunesse en mouvement : relations au monde et pratiques culturelles chez les jeunes femmes de Manawan». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, Département d’anthropologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans le cadre de ma recherche, je propose de me pencher sur le vécu de la jeunesse autochtone; mieux comprendre les différentes relations au monde des jeunes femmes de Manawan est mon principal objectif. Afin d’y arriver, je m’attarderai principalement sur les pratiques et les activités des jeunes au quotidien. Celles-ci peuvent se manifester à travers diverses relations, dont celles entretenues avec leur famille et les différentes générations, l’école, les savoirs traditionnels, la langue, les technologies d’information et de communication, etc.» (p. 25)

Questions/Hypothèses :
«Considérant les défis que rencontre la jeunesse autochtone en contexte contemporain et la multitude de pratiques culturelles par lesquelles elle y répond, quelles sont ces pratiques chez les jeunes femmes de Manawan et que révèlent-elles sur leurs dynamiques relationnelles? […] Quelles formes prennent les relations des jeunes femmes atikamekw de Manawan avec leur famille et les différentes générations, avec l’école, la ville, les savoirs traditionnels et le territoire, la langue, et le réseau social ‘Facebook’? […] Quelle est la nature de la relation que les jeunes femmes atikamekw de Manawan entretiennent avec leur communauté? […] Quels changements peut-on observer dans ces différentes relations par rapport aux générations précédentes? […] Quelles sont les différentes manières d’être ‘une jeune femme atikamekw de Manawan’?» (p. 26)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte sept participantes atikamekw âgées entre 23 et 40 ans.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les diverses relations qui ont semblé les plus importantes pour ces femmes, soit la famille, l’école, les savoirs traditionnels, la langue et le territoire, et Internet et Facebook, ont été abordées séparément dans ce mémoire. Toutefois, il a été difficile parfois de mettre des frontières entre ces différents aspects de la vie de ces femmes, car ceux-ci s’entrecroisent, se mêlent ou sont parfois inséparables. Par exemple, le territoire à lui seul ne semble pas aussi significatif pour ces jeunes femmes sans la présence de la famille. Côtoyer le territoire est une pratique familiale. Quant à l’école, elles y vont pour elles-mêmes et leur communauté, mais elles y vont aussi pour le bien-être de leur famille et pour donner l’exemple à leurs enfants. La famille, elle se retrouve aussi sur Facebook: on entretient les liens de parenté par le partage de photos des enfants, d’histoires de famille ou tout autre aspect du quotidien. Il y a des interrelations entre ces divers aspects de la vie des jeunes femmes et en faire l’analyse en les dissociant l’un de l’autre mènerait à une compréhension incomplète. Dans les deux derniers chapitres, nous avons vu que les jeunes femmes atikamekw d’aujourd’hui partagent plusieurs caractéristiques avec les femmes des générations antérieures, en même temps que certaines transformations ont été évoquées.» (p. 151-152)