La théorie du parcours de vie (life course) : une approche interdisciplinaire dans l’étude des familles

La théorie du parcours de vie (life course) : une approche interdisciplinaire dans l’étude des familles

La théorie du parcours de vie (life course) : une approche interdisciplinaire dans l’étude des familles

La théorie du parcours de vie (life course) : une approche interdisciplinaire dans l’étude des familless

| Ajouter

Référence bibliographique [12807]

Gherghel, Ana et Saint-Jacques, Marie-Christine. 2013. La théorie du parcours de vie (life course) : une approche interdisciplinaire dans l’étude des familles. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce livre présente un bilan des connaissances développés dans le cadre de la théorie du parcours de vie, ainsi que l’utilisation qui peut en être faite dans le champ des études sur les familles, notamment dans l’analyse des trajectoires et des transitions familiales.» (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les auteures utilisent des données théoriques et conceptuelles sur la théorie du parcours de vie. De plus, elles se basent sur des recherches ayant appliquées ce modèle.

Type de traitement des données :
Analyse théorique

3. Résumé


«L’application de la théorie du parcours de vie à l’étude de la recomposition familiale témoigne de la polyvalence et du potentiel de cette théorie. L’exemple de la recomposition familial analysé dans ce livre met en lumière plusieurs constats quant aux avantages et aux difficultés de l’utilisation de cette approche. […] L’approche du parcours de vie appliquée à l’étude de la recomposition familiale semble offrir un cadre d’analyse assez large et inclusif pour permettre l’articulation des différentes dimensions et facteurs identifiés comme importants pour les dynamiques familiales de la recomposition: les rôles et les relations familiales, les processus qui sous-tendent les rapports familiaux, les différents contextes de vie et environnements, les transitions de vie et leur enchaînement dans le parcours ainsi que les différentes temporalités sociales et historiques. […] Ainsi, on peut conclure que l’utilisation de cette théorie dans les études sur les familles, mettant l’accent sur l’ensemble des relations et processus à l’œuvre dans les dynamiques familiales, présente un intérêt particulier pour la compréhension des mécanismes et des conditions du développement individuel dans le temps et sous l’effet des conditions sociohistoriques. Par contre, l’utilisation de l’ensemble des principes et des concepts au sein d’une même recherche est rare et difficile à réaliser.» (p. 63-64)