Conceptions et expériences des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québec

Conceptions et expériences des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québec

Conceptions et expériences des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québec

Conceptions et expériences des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [12771]

Ellington, Lisa. 2015. «Conceptions et expériences des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québec». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, Département de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette recherche vise alors à rendre compte de l’expérience et du point de vue des hommes amérindiens ayant vécu des incidents de violence conjugale au Québec.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La population à l’étude est composée [de neuf] hommes amérindiens résidant au Québec ayant déjà vécu une expérience de violence au sein d’une relation conjugale, soit en tant que victime et/ou instigateur.» (p. 35)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La présente étude visait d’abord à saisir la manière dont les hommes amérindiens conçoivent la violence conjugale. Un fait marquant des propos relatés par ces hommes est la diversité des conceptions de la problématique: alors que certains mettent l’accent sur les dynamiques conjugales, d’autres abordent plutôt la notion de violence communautaire. L’environnement négatif au sein de certaines communautés autochtones est donc considéré comme un terreau propice à l’utilisation de comportements violents. Pour quelques hommes, la violence conjugale est fondue et confondue à travers toutes les formes de violence vécues (structurelle, institutionnelle, familiale, communautaire, etc.). […] Par ailleurs, la présente étude visait à explorer les différentes logiques d’action liées aux expériences de violence conjugale et les différents contextes sociaux qui façonnent le vécu des répondants. L’analyse des entrevues met en exergue l’interaction dynamique et l’influence mutuelle des différents facteurs (historiques, environnementaux, individuels et culturels) avec les logiques d’action des hommes amérindiens. Au-delà de la violence conjugale, les hommes rencontrés vivent des problématiques multiples sous-jacentes. Le cumul des conditions fragilisées fait en sorte qu’il s’avère difficile de voir la place que la violence conjugale occupe à travers ces multiples problématiques vécues. Il est clair que les impacts intergénérationnels du colonialisme, associés aux désavantages socioéconomiques qui en découlent, ont contribué à la naissance et à la perpétuation de cette problématique: elle n’est un symptôme de déstructuration familiale et de la souffrance vécue tant par les hommes que les femmes.» (p. 103-104)