La cohabitation et le mariage, deux mondes à part ? Un examen des caractéristiques démographiques, individuelles et relationnelles

La cohabitation et le mariage, deux mondes à part ? Un examen des caractéristiques démographiques, individuelles et relationnelles

La cohabitation et le mariage, deux mondes à part ? Un examen des caractéristiques démographiques, individuelles et relationnelles

La cohabitation et le mariage, deux mondes à part ? Un examen des caractéristiques démographiques, individuelles et relationnelless

| Ajouter

Référence bibliographique [1273]

Lachance-Grzela, Mylène et Bouchard, Geneviève. 2009. «La cohabitation et le mariage, deux mondes à part ? Un examen des caractéristiques démographiques, individuelles et relationnelles ». Revue canadienne des sciences du comportement / Canadian Journal of Behavioural Science, vol. 41, no 1, p. 37-44.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude vise à comparer les couples cohabitants et les couples mariés qui s’investissent à long terme dans leur relation. »

Questions/Hypothèses :
Les auteures formulent quatre hypothèses :

- « [...] que le niveau d’ajustement dyadique des couples cohabitants qui s’investissent à long terme dans cette union devrait être comparable à celui des couples mariés (Hypothèse 1a). » (p. 39)
- « [...] que le niveau d’ajustement conjugal des individus cohabitants et mariés diminuera de manière similaire avec le passage du temps (Hypothèse 1b). » (p. 38)
- « [...] que les personnes vivant en union libre devraient être plus ouvertes que les personnes mariées (Hypothèse 2). » (p. 38)
- « [...] que les couples cohabitants auront moins d’enfants et seront plus susceptibles d’avoir vécu la rupture d’une union précédente que les couples mariés (Hypothèse 3). » (pp. 38-39)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
105 couples (72 couples mariés et 33 couples cohabitants)

Instruments :
Échelle d’ajustement dyadique
Inventaire de personnalité NEO en cinq facteurs
Questionnaire démographique

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La cohabitation fait actuellement partie intégrante des habitudes de vie conjugale. Règle générale, les études comparant le mariage et la cohabitation dressent un portrait plutôt négatif des cohabitants. Cependant, la plupart des travaux à ce jour ont porté sur les couples cohabitants en début de relation. Par conséquent, les résultats ne sont pas nécessairement représentatifs de la cohabitation en tant que choix à plus long terme. » (p. 37) La présente étude s’intéresse quant à elle à la relation conjugale à long terme. Ses résultats révèlent que « les deux types de couples diffèrent sur le plan des variables démographiques et de personnalité, tout en étant semblables sur le plan relationnel. » (p. 37) Par ailleurs, il s’avère que « les femmes cohabitantes ont moins d’enfants que les femmes mariées et ce, indépendamment de leur âge. » (p. 40) Dans l’ensemble, « [l]a présente étude permet [...] d’esquisser un portrait plus nuancé et positif de l’union libre. » (p. 37)