Médicalisation et médication de la souffrance : le rôle des approches médicales et de la médication dans les réponses apportées aux besoins des jeunes hébergés dans des Auberges du coeur de Québec et de Chaudière-Appalaches

Médicalisation et médication de la souffrance : le rôle des approches médicales et de la médication dans les réponses apportées aux besoins des jeunes hébergés dans des Auberges du coeur de Québec et de Chaudière-Appalaches

Médicalisation et médication de la souffrance : le rôle des approches médicales et de la médication dans les réponses apportées aux besoins des jeunes hébergés dans des Auberges du coeur de Québec et de Chaudière-Appalaches

Médicalisation et médication de la souffrance : le rôle des approches médicales et de la médication dans les réponses apportées aux besoins des jeunes hébergés dans des Auberges du coeur de Québec et de Chaudière-Appalachess

| Ajouter

Référence bibliographique [12700]

Dallaire, Bernadette, Gromaire, Pierre et McCubbin, Michael. 2013. «Médicalisation et médication de la souffrance : le rôle des approches médicales et de la médication dans les réponses apportées aux besoins des jeunes hébergés dans des Auberges du coeur de Québec et de Chaudière-Appalaches ». Revue canadienne de santé mentale communautaire / Canadian Journal of Community Mental Health, vol. 32, no 4, p. 59-74.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude s’intéresse à la place des approches médicales et de la médication psychotrope dans les services et interventions offerts aux jeunes en difficulté hébergés dans des ressources communautaires autonomes (Auberges du cœur) de Québec et de Chaudière-Appalaches (Québec).» (p. 60)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte dix-huit jeunes, deux parents, cinq omnipraticiens, deux pédopsychiatres, deux enseignants, deux travailleurs sociaux, un éducateur spécialisé et un psychologue rencontrés individuellement. L’échantillon repose aussi sur des rencontres de groupes comptant neufs jeunes entre 18 et 30 ans, huit intervenants des Auberges, trois intervenants des CSSS [Centre de santé et de services sociaux], ainsi que cinq intervenants de ressources communautaires.

Instruments :
- Guide d’entretien semi-directif
- Guide de discussion de groupe

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Nos résultats donnent aussi à voir des phénomènes qui invitent à réexaminer les relations entre le champ médical et les autres champs sociaux. D’une part, ils suggèrent que ces relations peuvent être contradictoires et marquées par des tensions, à travers des situations où la réponse médicale est à la fois solution et source d’autres problèmes. À preuve le fait que le diagnostic de trouble mental ou psychologique chez le jeune entraînerait un étiquetage, possiblement une stigmatisation et, par extension, une intériorisation du diagnostic/étiquette, ce qui nuirait aux cheminements et quelquefois aggraverait les difficultés vécues. À preuve aussi le fait que la médicalisation et la médication des problèmes psychosociaux vécus par les jeunes impliqueraient un risque de déresponsabilisation des jeunes et des parents, le diagnostic et la thérapie psychotrope servant de justifications et d’échappatoires et, plus largement, l’attribution d’une causalité biologique/organique occultant les autres sources des problèmes, en particulier la dynamique familiale elle-même […]. On se borne trop souvent à réduire les symptômes/comportements problématiques sans tenir compte des contextes où ils se manifestent, et en négligeant les autres difficultés vécues par les jeunes et les familles. Ces dernières, se voyant déresponsabilisées, auraient aussi tendance à moins s’impliquer dans la recherche et l’application d’autres solutions.» (p. 69)