Conditions de vie et bien-être

Conditions de vie et bien-être

Conditions de vie et bien-être

Conditions de vie et bien-êtres

| Ajouter

Référence bibliographique [12686]

Crespo, Stéphane. 2011. «Conditions de vie et bien-être». Dans Panorama des régions du Québec. Édition 2011 , sous la dir. de Pierre Cambon, Ladouceur, Stéphane et Gagné, Yrène, p. 83-89. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce chapitre dresse le tableau des conditions de vie et de bien-être au Québec pour pour les années récentes.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La présente section a été préparée à partir de tableaux sur les familles de recensement, compilés par la Division des données régionales et administratives (DDRA) de Statistique Canada. Leur source est le Fichier des familles T1 (FFT1).» (p. 83)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


L’auteur se penche d’abord sur le taux de faible revenu selon le type de famille pour toutes les régions du Québec. À cet égard, il remarque que «[l]a comparaison des taux régionaux de 2008 par type de famille […] révèle que les familles monoparentales sont à faible revenu dans une proportion beaucoup plus élevée que les couples avec ou sans enfants, quelle que soit la région. Les taux des couples sans enfants et avec enfants sont comparables.» (p. 84) Il s’intéresse ensuite à la pauvreté des enfants et au revenu médian des familles pour les différentes régions du Québec. Sur ce dernier sujet, l’auteur prétend que «[l]es positions du Bas-Saint-Laurent et du Centre-du-Québec se classent également parmi les moins avantageuses, le revenu médian des couples y étant respectivement de 53 750 $ et de 53 820 $. [de plus, il] ressort principalement de ces faits que la situation relative des couples et des familles monoparentales diffère radicalement dans les régions de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec. […] Enfin, la comparaison des niveaux de croissance entre types de familles révèle que le plus grand écart concerne le Nord-du-Québec. En effet, l’augmentation, entre 2007 et 2008, du revenu médian après impôt des familles monoparentales, est exactement deux fois plus élevée que celle des couples, soit 7,8 % contre 3,9 % […].» (p. 86)