Revenu des familles

Revenu des familles

Revenu des familles

Revenu des familless

| Ajouter

Référence bibliographique [12685]

Crespo, Stéphane. 2009. «Revenu des familles». Dans Panorama des régions du Québec. Édition 2009 , sous la dir. de Pierre Cambon, Ladouceur, Stéphane et Gagné, Yrène, p. 73-79. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce chapitre dresse le portrait du revenu des familles pour les différentes régions québécoises.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur utilise plusieurs sources de données issues de Statistique Canada et de l’Institut de la statistique du Québec.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


L’auteur se penche d’abord sur le revenu médian selon le type de famille pour les différentes régions du Québec. À cet égard, l’auteur remarque «que la situation relative des couples et des familles monoparentales diffère radicalement dans les régions du Nord-du-Québec et de la Côte-Nord. En effet, il s’agit respectivement de la deuxième et de la troisième région où le revenu médian des couples est le plus élevé, mais de la première et de la troisième région où celui des familles monoparentales est le plus faible.» (p. 73) Ensuite, il s’intéresse au taux de famille à faible revenu en fonction des types de familles ainsi qu’à la pauvreté touchant les enfants. L’auteur prétend que, «dans toutes les régions, le taux de faible revenu des couples avec enfants augmente, alors que celui des familles monoparentales diminue, à l’exception toutefois du Nord-du-Québec; cette dernière région se démarque clairement en affichant une hausse de 1,1 point de son taux pour ce type de famille. Quant aux couples sans enfants, le sens de la variation entre ces deux années n’est pas le même pour plusieurs régions.» (p. 75) «Finalement, en considérant l’évolution à plus long terme […], c’est toujours le Nord-du-Québec qui présente la croissance la plus élevée du nombre d’enfants à faible revenu, et celle-ci est importante (7,1 %).» (p. 76)