Hypersexualisation, communication et fonctionnement sexuel chez les jeunes adultes

Hypersexualisation, communication et fonctionnement sexuel chez les jeunes adultes

Hypersexualisation, communication et fonctionnement sexuel chez les jeunes adultes

Hypersexualisation, communication et fonctionnement sexuel chez les jeunes adultess

| Ajouter

Référence bibliographique [12607]

Bourassa, Mélanie. 2013. «Hypersexualisation, communication et fonctionnement sexuel chez les jeunes adultes». Thèse de doctorat, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude a pour but de poursuivre la recherche en matière de couple et sexualité des jeunes adultes (18-29 ans). Elle vise à évaluer les liens entre l’hypersexualisation adulte, la communication sexuelle et le fonctionnement sexuel afin de vérifier si le degré d’hypersexualisation est associe à la satisfaction sexuelle et à la présence de dysfonctions sexuelles chez les jeunes adultes. De plus, elle vise à examiner si la communication sexuelle joue un rôle de médiateur entre ces variables.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Un échantillon de 705 hommes et femmes francophones a été recruté en fonction des critères suivants: être âgés entre 18 et 29 ans, résider au Québec et être actuellement dans une relation avec un ou des partenaires.» (p. iii) «La très grande majorité des participants à l’étude vit une relation conjugale stable (84,8 %): ils sont mariés (4,7 %), en cohabitation avec leur partenaire (43,1 %) ou en relation de couple exclusive sans cohabitation (47,0 %). II n’y a donc que 5,2% des participants qui sont en relation non-exclusive [sic] (avec plus d’un partenaire).» (p. 59)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Des analyses de régression ont révélé des liens négatifs entre la satisfaction sexuelle et les échelles objectification et apparence ainsi que des liens positifs avec les échelles discours sexualisé et sens à la sexualité. Certaines échelles d’hypersexualisation sont associées à une libido plus élevée et à une plus grande excitation sexuelle (performance et séduction) alors que d’autres sont associées à moins de troubles de fonctionnement sexuel (discours, sens à la sexualité). Des liens positifs sont également obtenus entre les échelles objectification, apparence et la présence de douleurs sexuelles. Le rôle médiateur (partiel et complet) de la communication sexuelle est aussi révélé dans les liens unissant certaines échelles d’hypersexualisation aux indices de fonctionnement sexuel.» (p. iii-iv) L’auteure remarque que «les personnes en relation de fréquentation non-exclusive [sic] présentent plus de problèmes en ce qui a trait à la communication sexuelle dans leur couple, à leur capacité à atteindre l’orgasme ainsi qu’à leur capacité à obtenir et maintenir une érection ou à lubrifier lors des relations sexuelles.» (p. 81)