Exploration de la perception des femmes inuites, vivant en région éloignée, au Nunavik, motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leur communauté

Exploration de la perception des femmes inuites, vivant en région éloignée, au Nunavik, motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leur communauté

Exploration de la perception des femmes inuites, vivant en région éloignée, au Nunavik, motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leur communauté

Exploration de la perception des femmes inuites, vivant en région éloignée, au Nunavik, motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leur communautés

| Ajouter

Référence bibliographique [12597]

Bolen, Véronika. 2014. «Exploration de la perception des femmes inuites, vivant en région éloignée, au Nunavik, motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leur communauté». Mémoire de maîtrise, Gatineau (Québec), Université du Québec en Outaouais, Département des sciences infirmières.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le but de l’étude est de décrire et d’expliquer la perception des femmes inuites, motivées par le programme des coopératives en santé du Nunavik du fonds de recherche FQRSC [Fonds de Recherche du Québec - Société et Culture] Quartiers en santé (2010-2014). L’étude vise plus précisément à décrire leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur des pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs familles et de leurs communautés.» (p. 15)

Questions/Hypothèses :
L’étude est basée sur le questionnement suivant: «Quelle est la perception des femmes inuites vivant en région éloignée au Nunavik motivées par un programme en saines habitudes de vie, de leur pouvoir d’agir personnel et collectif sur les pratiques probantes, traditionnelles et culturelles de promotion de la santé au sein de leurs famille et de leur communauté?» (p. 15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de cette étude est composé de sept femmes adultes habitant les villages de Quaqtaq et d’Umiujak, dans le Nunavik (Québec). L’auteure a utilisé des questions semi-ouvertes pour stimuler les échanges dans le cadre de discussions de groupe.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« [L]a perception des participantes face au rôle des femmes au sein de leur famille se subdivise en trois éléments récurrents (patrons). Le premier patron cerne la perception que partagent ces femmes face au fait qu’elles sont confrontées à un certain déséquilibre quotidien en matière de partage des tâches ménagères et de l’enseignement des enfants en comparaison aux hommes de leur communauté. Bien qu’elles ne l’évoquent pas de façon tangible, ce déséquilibre au niveau des tâches peut être perçu comme une lourdeur quotidienne, voir même un frein dans l’exercice d’activités personnelles. […] Le second patron […] révèle la perception que partagent ces femmes de vivre un certain manque d’autorité au sein de leurs familles. Le sentiment d’être contrôlées ou de ne pas être écoutées ou même respectées engendre aussi cette possibilité d’être freinées dans une pleine participation personnelle et sociale. […] Le troisième patron pointe vers la conception que les femmes inuites ont d’être souvent subordonnées, voir [sic] même soumises à leur époux. Ces trois patterns dévoilent ainsi une perception quelque peu pessimiste du rôle de la femme inuite au sein de sa famille. Bien qu’elles occupent une place centrale dans leur noyau familial (Halseth, 2013), elles ne considèrent pas jouir de prérogatives au niveau de l’autorité.» (p. 100-101)