An Examination of the Prevalence and Predictors of Asset Poverty in Canadian Families

An Examination of the Prevalence and Predictors of Asset Poverty in Canadian Families

An Examination of the Prevalence and Predictors of Asset Poverty in Canadian Families

An Examination of the Prevalence and Predictors of Asset Poverty in Canadian Familiess

| Ajouter

Référence bibliographique [12593]

Blumenthal, Anne. 2014. «An Examination of the Prevalence and Predictors of Asset Poverty in Canadian Families». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université McGill, École de travail social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette thèse a exploré la prévalence et les facteurs prédictifs de la pauvreté des actifs dans les familles canadiennes ayant des enfants». (p. 7)

Questions/Hypothèses :
«This study examined the following four distinct questions through bivariate and multivariate analyses: (1) What is the prevalence of asset poverty for families with children using different thresholds and different asset indicators? (2) How do these prevalence estimates vary by province? (3) Are economic families with children more likely to be asset poor than those without children? (4) What are the predictors of asset poverty for families with children versus those without children?» (p. 74)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«I examined two cross-sections of microdata from the Survey of Financial Security (SFS) 1999 and 2005 collected by Statistics Canada.» (p. 74)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats d’analyses bivarées et multivariées des données a démontré que tandis que les familles canadiennes ayant des enfants avaient des taux plus faibles de la valeur nette de la pauvreté des actifs que celles sans enfants, elles avaient plus de chances de vivre la pauvreté des actifs lorsque les variables socio-démographiques étaient contrôlés. Environ 60% des familles canadiennes ayant des enfants ont été trouvées à être pauvres en actifs financier, et étaient presque deux fois plus susceptibles que celles sans enfants à être pauvres en actifs. Bien que les taux de pauvreté des actifs étaient plus élevés dans certaines provinces que d’autres, la probabilité d’être pauvre en actifs dans les différentes provinces étaient généralement la même. Le travail social est une discipline qui est appelée à faire de réelles améliorations dans le bien-être des personnes vulnérables, et la mesure de déprivation économique a une importance particulière à l’efficacité de nos efforts. En explorant la probabilité de la pauvreté des actifs dans les familles ayant des enfants, cette étude apporte une contribution importante à l’ouverture de la conversation au Canada sur l’importance des actifs pour le bien-être des enfants.» (p. 7)