La responsabilisation du service de police de la ville de Montréal à l’égard de la violence conjugale

La responsabilisation du service de police de la ville de Montréal à l’égard de la violence conjugale

La responsabilisation du service de police de la ville de Montréal à l’égard de la violence conjugale

La responsabilisation du service de police de la ville de Montréal à l’égard de la violence conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [12584]

Billette, Isabelle et Cournoyer, Marc. 2014. «La responsabilisation du service de police de la ville de Montréal à l’égard de la violence conjugale». Dans Responsabilités et violences envers les femmes , sous la dir. de Katja Smedslund et Risse, David, p. 69-78. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous montrons dans ce texte comment, au fil des ans, le SPVM [Service de police de la Ville de Montréal] a développé ses pratiques d’intervention envers les personnes victimes de violence conjugale. À l’égard de cette problématique, ses responsabilités sont tant légales, organisationnelles que sociales. Il faut comprendre que le rôle du SPVM ainsi que celui des autres services policiers sont essentiels pour mettre fin au cycle de ces violences.» (p. 70)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon les auteurs, «[l]e caractère privé et intime de cette violence amène souvent les victimes à vivre dans l’isolement et à éprouver des sentiments contradictoires, ce qui rend leur collaboration plus difficile. De plus, la peur et la confusion ressenties par les victimes les rendent souvent hésitantes à porter plainte. Enfin, il existe une multitude niveaux de gravité de violence conjugale. Il n’est pas toujours évident pour les intervenants de première ligne, comme les policiers, de bien détecter celui auquel ils ont affaire, ni de convaincre les victimes d’avoir recours à de l’aide, malgré les protocoles d’entente en la matière conclus entre le SPVM et les partenaires des différents secteurs concernés. Étant donnée ses impacts, encore maintenant, la violence conjugale doit demeurer une priorité. […] Des efforts continueront d’être faits non seulement pour améliorer la portée des interventions policières, mais également pour assurer la continuité des interventions des divers secteurs en matière de violence conjugale et pour penser les interventions en tenant compte des différents aspects du problème. Les apports des partenaires dans ce cadre sont majeurs, puisqu’ils permettent à l’organisation de demeurer à l’affût des nouvelles tendances, de maintenir la qualité de la prestation de services et d’innover dans les façons d’intervenir en vue de renforcer les efforts pour lutter contre cette violence.» (p. 77)