Environnement socioculturel et habitudes de vie des adolescents : mieux comprendre pour mieux agir

Environnement socioculturel et habitudes de vie des adolescents : mieux comprendre pour mieux agir

Environnement socioculturel et habitudes de vie des adolescents : mieux comprendre pour mieux agir

Environnement socioculturel et habitudes de vie des adolescents : mieux comprendre pour mieux agirs

| Ajouter

Référence bibliographique [12544]

Baril, Gérald et Paquette, Marie-Claude. 2014. Environnement socioculturel et habitudes de vie des adolescents : mieux comprendre pour mieux agir. Québec: Gouvernement du Québec, Institut national de santé publique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce document porte sur «[l]’influence de l’environnement socioculturel sur l’alimentation et l’activité physique à l’adolescence.» (p. 1)

Questions/Hypothèses :
«En quoi consiste l’environnement socioculturel des jeunes? Quels sont les repères socioculturels des adolescents en alimentation et en activité physique? Comment les jeunes perçoivent-ils les messages sur la saine alimentation et le mode de vie physiquement actif?» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon comprend «50 adolescentes et adolescents de 12 à 14 ans, inscrits dans quatre écoles secondaires réparties dans quatre régions du Québec.» (p. 3)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La littérature scientifique conclut généralement que les interventions ayant le plus de chance de succès pour améliorer les habitudes de vie des adolescents en faveur de leur santé – notamment en milieu scolaire – sont celles adoptant une approche globale et intégrée. Une telle approche vise à la fois l’amélioration des compétences du jeune et la modification de son environnement, incluant les facteurs socioculturels, afin de le rendre plus favorable aux saines habitudes de vie. Elle implique la collaboration de l’école, des parents et de la communauté ; elle conçoit également comme étroitement liés la réussite éducative, la santé et le bien-être [...] Loin de se limiter à la communication dirigée vers les jeunes, le marketing social peut inclure par exemple la sensibilisation de décideurs, d’intervenants, d’éducateurs et de parents à leur rôle de modèle auprès des jeunes. Pour mieux intervenir dans l’environnement socioculturel des adolescents, il faut s’enquérir de leurs perceptions de cet environnement. Leurs perceptions et leurs attitudes à l’endroit de l’alimentation, de l’activité physique et de l’image corporelle, renseignent également sur les influences agissant sur leurs choix et leurs motivations. Permettre aux jeunes de s’exprimer sur leur perception des normes sociales peut les aider à prendre du recul et à développer leur sens critique.» (p. 7)