Le concept de soi ou l’estime de soi

Le concept de soi ou l’estime de soi

Le concept de soi ou l’estime de soi

Le concept de soi ou l’estime de sois

| Ajouter

Référence bibliographique [12507]

Hamel, Marthe. 2001. «Le concept de soi ou l’estime de soi». Dans 6-12-17, nous serons bien mieux! Les déterminants de la santé et du bien-être des enfants d’âge scolaire , sous la dir. de Luc Blanchet, Hamel, Marthe et Martin, Catherine, p. 133-168. Sainte-Foy (Québec): Publications du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans ce chapitre, l’auteure se penche sur l’estime de soi chez les enfants et adolescents et ses répercussions sur le développement et la santé des jeunes.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon l’auteure, «[l]es écrits consultés ont permis de constater que le concept de soi est avant tout tributaire de la relation initiale d’attachement et, ultérieurement, des compétences dont disposent les personnes en relation avec les aspirations qu’elles nourrissent à propos d’elles-mêmes ainsi que l’approbation que leur manifestent les personnes importantes de leur entourage. Les travaux de plusieurs auteurs ont également mis en évidence une relation positive entre le concept de soi et certains aspects de l’adaptation sociale et de la santé mentale tant des enfants que des adolescents; ainsi, un bon concept de soi serait associé positivement à un rendement scolaire satisfaisant et négativement à des affects dépressifs, à la dépression et à l’idéation suicidaire. […] Enfin, [l]e rôle médiateur qu’exercerait le concept de soi dans l’adaptation sociale et la santé mentale justifie, à lui seul, que des interventions axées sur la promotion viennent soutenir le développement et le maintien d’un bon concept de soi chez les enfants et les adolescents. Les interventions visant à établir un attachement sécurisant entre le jeune enfant et ses parents et le style éducatif démocratique adapté par les parents sont susceptibles de favoriser un bon concept de soi […].» (p. 162)