Pour un développement local selon le genre : le cas des groupements de femmes de la SNV du Sud Bénin

Pour un développement local selon le genre : le cas des groupements de femmes de la SNV du Sud Bénin

Pour un développement local selon le genre : le cas des groupements de femmes de la SNV du Sud Bénin

Pour un développement local selon le genre : le cas des groupements de femmes de la SNV du Sud Bénins

| Ajouter

Référence bibliographique [12502]

Acacha, Hortensia Vicentia. 2002. «Pour un développement local selon le genre : le cas des groupements de femmes de la SNV du Sud Bénin». Thèse de doctorat, Rimouski (Québec), Université du Québec à Chicoutimi, Département de développement régional.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous avons cherché à analyser l’accès des femmes aux ressources dans une démarche de développement local selon le genre. Notre compréhension du sujet a été d’analyser dans ce travail la contribution des ONG [organisation non gouvernementale] dans la correction des contraintes liées au genre face à l’accès des femmes aux ressources et de voir comment ces interventions pourraient transformer les femmes en de véritables actrices de développement de leur milieu à partir des réalités et des différents acteurs ci-présents.» (p. v)

Questions/Hypothèses :
«Les appuis financiers, organisationnels et institutionnels que les ONG apportent auprès des femmes sont insuffisants pour corriger les inégalités selon le genre dans le ménage et dans la société de façon globale. Très souvent, ces formes d’assistance ne répondent que partiellement aux véritables difficultés liées aux inégalités selon le genre. […] Les pratiques innovantes collectives initiées par les femmes peuvent être considérées comme des outils d’appropriation et d’affirmation de leur espace à l’intérieur de leurs groupements associatifs. La visibilité de ces pratiques de femmes et leur reconnaissance dans la contribution au développement nécessitent des négociations entre acteurs locaux. Ces négociations favoriseraient la mobilisation d’une force locale de changement et consacreraient les femmes comme de véritables actrices de développement.» (p. 32)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte quatre cents «femmes bénéficiaires des interventions des ONG, les responsables, les inspectrices et les animatrices travaillant dans ces institutions, les époux des femmes puis quelques autres ONG [aussi au Bénin].» (p. vi)

Instruments :
- Guides d’entretien semi-directif (pour les Groupes de femmes, acteurs des ONG)
- Questionnaire (pour les femmes)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats de la recherche ont montré que les contraintes liées au genre sont surtout dues à une manipulation du pouvoir des hommes au détriment des femmes. Ces contraintes subies par les femmes au sein de leur ménage et dans leur famille respective se répercutent sur leur subordination au sein de la société. Les appuis institutionnels, organisationnels, et financiers apportés par les ONG […] pour améliorer leurs conditions socio-économiques permettent dans ce contexte aux femmes de subvenir aux besoins quotidiens, d’envoyer leurs filles à l’école, d’augmenter le capital des activités de revenu qu’elles entreprennent. […] La caractérisation des rapports sociaux de domination observés et le contexte de mode de vie définis par les femmes et les hommes amènent ces différents acteurs à entretenir ces contraintes entre eux sans conflit d’intérêt, dans le but d’améliorer leur situation économique qu’ils jugent plus nécessaire que leurs intérêts individuels de femme et d’homme. Les réseaux se construisent à travers les intérêts que les femmes visent en y adhérant et les rapports sociaux soutenus par les membres selon leurs intérêts. Les femmes se construisent ainsi entre elles des supports permettant d’aller chercher d’autres ressources. L’approche par réseau identifie ainsi le pouvoir fonctionnel des femmes qui est porté par le résultat qu’elles visent et qui représente ici le changement des rapports sociaux à travers leur accès aux ressources.» (p. vi) Un chapitre en entier de cette thèse porte sur les contraintes que vivent les femmes au sein de la sphère privée en raison des mentalités. Il est d’ailleurs question du mariage, de la polygamie, de la répartition du travail domestique, etc.