Évaluation exploratoire du programme d’intervention s’adressant aux conjointes d’abuseurs sexuels fréquentant la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard : une étude de cas

Évaluation exploratoire du programme d’intervention s’adressant aux conjointes d’abuseurs sexuels fréquentant la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard : une étude de cas

Évaluation exploratoire du programme d’intervention s’adressant aux conjointes d’abuseurs sexuels fréquentant la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard : une étude de cas

Évaluation exploratoire du programme d’intervention s’adressant aux conjointes d’abuseurs sexuels fréquentant la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard : une étude de cass

| Ajouter

Référence bibliographique [12496]

St-Hilaire, Sindy. 2007. «Évaluation exploratoire du programme d’intervention s’adressant aux conjointes d’abuseurs sexuels fréquentant la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard : une étude de cas». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette recherche exploratoire [vise] à connaître les effets du programme d’intervention de groupe destiné aux conjointes d’agresseurs sexuels conçu par la Clinique d’évaluation et de traitement des troubles du comportement sexuel du Centre hospitalier Robert-Giffard et de déterminer s’il y a eu des différences chez les participantes entre le moment où elles entrent dans le programme et le moment où elles le terminent.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
L’auteure énonce cinq hypothèses de recherche:
«1- L’estime de soi des participantes augmentera dans le sens d’une amélioration;
2- La satisfaction conjugale des participantes augmentera dans le sens d’une amélioration;
3- Le degré de détresse psychologique des participantes diminuera dans le sens d’une amélioration.
4- Le nombre de stratégies d’adaptation connues des participantes augmentera.
5- Les connaissances des participantes sur les troubles du comportement sexuel augmenteront.» (p. 32)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La population à l’étude se compose de cinq conjointes d’agresseurs sexuels de la région de Québec.» (p. iii)

Instruments :
Questionnaire
Guide d’entretien directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Analyse statistique

3. Résumé


Pour mener à terme cette recherche, «cinq variables dépendantes sont choisies (l’estime de soi, la détresse psychologique, les stratégies d’adaptation, les connaissances et la satisfaction conjugale) ainsi que deux variables intermédiaires (la violence conjugale et la satisfaction personnelle vis-à-vis du programme).» (p. iii) «L’analyse des résultats, indique que certaines des participantes s’améliorent sur certaines variables alors que d’autres participantes se détériorent. En effet, l’évolution entre le prétest/postest pour le groupe entier démontre qu’il y a seulement la variable de détresse psychologique qui évolue dans le sens désiré. Quant aux autres variables, elles semblent évoluer dans le sens opposé à celui désiré. C’est pourquoi, les résultats obtenus laissent penser que le programme n’apporte pas les résultats attendus. Par contre, une contradiction évidente est observée entre les perceptions positives des participantes concernant les apprentissages effectués et les résultats obtenus aux tests standardisés. À cet effet, les entrevues individuelles réalisées nous laissent croire que les participantes se considèrent très satisfaites de l’intervention de groupe reçue.» (p. 97)