Les représentations sociales et les pratiques des intervenants sociaux face aux conjoints dans les familles recomposées matricentriques au Centre jeunesse de la Montérégie

Les représentations sociales et les pratiques des intervenants sociaux face aux conjoints dans les familles recomposées matricentriques au Centre jeunesse de la Montérégie

Les représentations sociales et les pratiques des intervenants sociaux face aux conjoints dans les familles recomposées matricentriques au Centre jeunesse de la Montérégie

Les représentations sociales et les pratiques des intervenants sociaux face aux conjoints dans les familles recomposées matricentriques au Centre jeunesse de la Montérégies

| Ajouter

Référence bibliographique [12472]

Murphy, Maureen. 2006. «Les représentations sociales et les pratiques des intervenants sociaux face aux conjoints dans les familles recomposées matricentriques au Centre jeunesse de la Montérégie». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude porte sur la représentation sociale des intervenants des familles recomposées matricentriques et des beaux-pères en rapport avec l’inclusion ou l’exclusion de ces acteurs dans les plans d’intervention.» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dix agents de relations humaines (ARH), tous à l’emploi du Centre jeunesse de la Montérégie depuis au moins trois ans, ont été rencontrés.» (p. 58)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Cette analyse fait ressortir les représentations sociales qu’ont les intervenants des familles recomposées et des beaux-pères en général. Les représentations avancées par les intervenants s’avèrent plutôt homogènes dans leur contenu, c’est-à-dire qu’ils se représentent ces deux termes en utilisant des propos très similaires qui font souvent référence à des concepts plutôt comparables. L’analyse des données a par ailleurs permis d’identifier une certaine diversité dans les pratiques des intervenants par rapport à l’inclusion des conjoints de fait dans leurs interventions. De plus, on observe un certain décalage entre les représentations sociales qu’ont les intervenants des familles recomposées et des beaux-pères et leurs pratiques actuelles en ce qui concerne l’inclusion des conjoints de fait dans les interventions.» (p. 99-100)