Stratégies des femmes, un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive : le cas des femmes mariées vietnamiennes

Stratégies des femmes, un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive : le cas des femmes mariées vietnamiennes

Stratégies des femmes, un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive : le cas des femmes mariées vietnamiennes

Stratégies des femmes, un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive : le cas des femmes mariées vietnamienness

| Ajouter

Référence bibliographique [12442]

David, Martine. 1998. «Stratégies des femmes, un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive : le cas des femmes mariées vietnamiennes». Québec, Université Laval, Département de médecine sociale et préventive.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude s’inscrit dans une perspective de promotion de la santé, et plus particulièrement dans le contexte de la prévention des MST/sida au Vietnam. Elle vise à identifier les stratégies des femmes mariées vietnamiennes d’Hô Chi Minh ville pour se dégager un espace de pouvoir dans leur vie sexuelle et reproductive.» (p. ii)

Questions/Hypothèses :
«Quelles sont les stratégies utilisées par les femmes mariées vietnamiennes pour se dégager un espace de pouvoir sur leur vie sexuelle et reproductive?» (p. 17)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Notre population était constituée de femmes et d’hommes mariés entre 25 et 50 ans qui habitent le sud du Viêt-nam [sic], là où la prévalence du SIDA est la plus élevée.» (p. 36) «L’échantillon pour les groupes de discussion était composé de 34 femmes et de 36 hommes (à raison de six à douze participants-es par formation) […]. Pour les récits de vie, nous avons fait appel à quinze femmes, dont six avaient déjà participé à un groupe de discussion et s’étaient portées volontaires pour cette deuxième partie de l’étude.» (p. 37)

Instruments :
- Guide d’entretien de groupe
- Guide d’entretien non-directif du récit de vie
- Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats de l’étude démontrent que les programmes de prévention auraient avantage à s’appuyer sur les acquis des femmes, c’est-à-dire sur les moyens et sur les ressources qu’elles utilisent déjà pour contourner les difficultés et les contraintes de leur vie quotidienne, en interaction avec leur mari et la société en général.» (p. ii) Plus précisément, «[d]u côté de la reproduction, on peut affirmer que les femmes exercent un contrôle sur le choix de leur méthode contraceptive, c’est à dire que, nonobstant la volonté du mari, elles s’organisent pour utiliser la méthode qu’elles jugent appropriées à leur corps et à leur santé. […] En ce qui a trait à la vie sexuelle, les femmes se donnent comme objectif principal de préserver le bonheur familial en évitant l’infidélité vertueuse de leur mari. […] Elles vont tout de même s’assurer de respecter une fréquence raisonnable des rapports sexuels pour ne pas nuire leur santé et elles profiteront par ailleurs de ces moments intimes pour négocier, avec leur mari, d’autres éléments de la vie familiale. La contribution au revenu pour assurer la survie du ménage confère à la femme une plus grande marge de manœuvre qui lui permet de bénéficier d’un espace décisionnel considérable dans la planification familiale, particulièrement chez les ménages à faible revenu.» (p. 113-114)