Application du modèle transthéorique du changement à une population de conjoints aux comportements violents

Application du modèle transthéorique du changement à une population de conjoints aux comportements violents

Application du modèle transthéorique du changement à une population de conjoints aux comportements violents

Application du modèle transthéorique du changement à une population de conjoints aux comportements violentss

| Ajouter

Référence bibliographique [12398]

Rondeau, Gilles, Lindsay, Jocelyn, Brochu, Serge et Brodeur, Normand. 2006. Application du modèle transthéorique du changement à une population de conjoints aux comportements violents. Coll. «Collection Études et analyses». Montréal: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le modèle transthéorique soutient que les individus doivent passer par cinq stades de changement appelés précontemplation, contemplation, préparation, action et maintien pour arriver à modifier un comportement problématique. Il stipule également que le passage d’un stade à l’autre s’accompagne d’une évolution de la perception des coûts et des bénéfices associés au changement, ainsi que du sentiment d’efficacité personnelle. L’étude réalisée visait d’abord à vérifier si ces concepts s’appliquent à des hommes ayant des comportements violents envers leur partenaire, une problématique où le modèle suscite un intérêt grandissant. Elle visait également à vérifier s’il existe une relation entre la violence rapportée par les individus, leur tendance à blâmer leur partenaire et les stades de changement. Elle visait finalement à déterminer l’utilité du modèle pour prédire quels hommes choisissent de ne pas s’inscrire aux programmes d’aide qui leur sont proposés suite à des entrevues d’évaluation et lesquels décident d’abandonner avant la fin.» (p. v)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les hypothèses de l’étude ont été vérifiées auprès de deux échantillons d’hommes québécois fréquentant des programmes d’aide aux conjoints aux comportements violents. Le premier était composé de 255 hommes déjà engagés dans des groupes d’aide et le second de 302 hommes reçus en entrevue d’accueil et d’évaluation.» (p. v)

Instruments :
- University of Rhode Island Change Assessment for Domestic Violence (URICA-DV2)
- Échelle de balance décisionnelle
- Échelle des tentations

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les profils Réticent, Non engagé et Action contradictoire correspondent au stade de précontemplation et forment de 22 à 30% de l’échantillon. Le profil Préparticipation représente le stade de contemplation et regroupe de 24 à 31% des répondants. Les profils Action – faible crainte de rechute et Action – crainte élevée de rechute constituent deux variantes du stade d’action et comptent pour 47% des répondants. Comme prévu, les stades étaient reliés à deux des variables étudiées, soit les bénéfices que les répondants associent à la modification de leur comportement et la tendance à blâmer la partenaire. Dans le premier cas, les répondants du stade d’action percevaient nettement plus de bénéfices au changement que leurs pairs du stade de précontemplation. Dans le second cas, ils étaient moins portés à jeter le blâme sur leur partenaire. Les stades n’étaient toutefois pas reliés aux tentations de recourir à la violence ou à l’exercice de la violence de la façon dont on s’y attendait. Les répondants du stade de précontemplation se sont en effet déclarés moins tentés d’utiliser la violence et ont rapporté moins de violence verbale que ceux du stade d’action. […] Finalement, il a été impossible de prédire les différentes formes de désistement des programmes à l’aide des stades de changement.» (p. v)