Trajectoires de vie de femmes travaillant dans l’industrie du sexe

Trajectoires de vie de femmes travaillant dans l’industrie du sexe

Trajectoires de vie de femmes travaillant dans l’industrie du sexe

Trajectoires de vie de femmes travaillant dans l’industrie du sexes

| Ajouter

Référence bibliographique [12386]

Neff, Kesnamelly. 2008. «Trajectoires de vie de femmes travaillant dans l’industrie du sexe». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de sexologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente recherche vise à décrire les trajectoires de vie d’une quinzaine de travailleuses du sexe. Pour ce faire, nous nous intéressons de façon plus particulière à la façon dont ces jeunes femmes ont été initiées aux diverses dimensions de la sexualité dans leur milieu familial, aux contextes d’entrée dans l’industrie du sexe et aux scénarios sexuels et de prévention qu’elles ont développés face aux ITS/VIH/sida dans l’exercice de leur métier, de même que dans la sphère privée.» (p. viii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte 12 femmes «âgées entre 22 et 54 ans. […] L’âge d’entrée dans l’industrie du sexe varie entre 15 et 46 ans, pour une moyenne de 21,5 ans.» (p. 42)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon l’auteure, «[c]ette étude démontre que les carences vécues dès l’enfance freinent le développement des capacités individuelles chez ces femmes qui, tout au long de leurs trajectoires, sont en quête de contrôle sur elles-mêmes et sur leur vie. Ainsi, plusieurs formes de vulnérabilité sont entretenues par le contexte dans lequel elles se situent ainsi que leur environnement. Toutefois, le travail du sexe ne constitue pas un milieu dans lequel ces vulnérabilités s’inscrivent. Au contraire, il constitue, pour la majorité, la première ressource où des gains importants sont occasionnés, à savoir des prises de conscience de leurs situations et des désirs de changement face à celles-ci.» (p. 124) Selon l’auteure, «le milieu familial constitue un environnement où ces femmes n’ont pu bénéficier de ressources pour leur venir en aide. Plus encore, ce milieu a probablement constitué un des environnements qui ont freiné dans une certaine mesure les possibilités de développer des capacités individuelles, surtout dans les contextes où il y a eu abus sexuel.» (p. 77) L’auteure aborde aussi la sexualité des travailleuses du sexe avec leur conjoint qui est affectée par le travail qu’elles occupent.