Understanding and Addressing Power Disparities in Divorce Mediation: Family, Feminism & Foucault

Understanding and Addressing Power Disparities in Divorce Mediation: Family, Feminism & Foucault

Understanding and Addressing Power Disparities in Divorce Mediation: Family, Feminism & Foucault

Understanding and Addressing Power Disparities in Divorce Mediation: Family, Feminism & Foucaults

| Ajouter

Référence bibliographique [12349]

Cotler-Wunsh, Michal. 2005. «Understanding and Addressing Power Disparities in Divorce Mediation: Family, Feminism & Foucault». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université McGill, Département de droit.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette thèse traite de la possibilité d’aborder le déséquilibre des pouvoirs lors de la médiation en matière de divorce afin de tirer le meilleur parti des avantages qu’offre cette procédure. Elle décrit la pratique du règlement extrajudiciaire des différends (RED) en général et de la médiation en matière de divorce en particulier, surtout d’une optique féministe.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse théorique

3. Résumé


Cette thèse «examine les espoirs que la médiation a tout d’abord suscités chez les partisans du féminisme, puis poursuit en expliquant comment ces espoirs déçus se sont transformés en une des plus sévères critiques qui soient. La thèse explore un élément clé de cette critique, à savoir la nature problématique du processus de médiation en présence d’un déséquilibre des pouvoirs de manière générale, et dans le contexte du divorce en particulier. Afin de faciliter la discussion de la disproportion des pouvoirs, elle examine le concept du pouvoir sous plusieurs angles. Dans le but d’approfondir cette approche, elle décrit les définitions des termes selon Foucault, et s’efforce d’utiliser son analyse pour faire progresser l’examen de la possibilité d’aborder le déséquilibre des pouvoirs entre les parties au différend. Enfin, elle suggère quelques façons d’aborder ce déséquilibre afin d’améliorer le processus de médiation et les résultats obtenus. Pour cela, elle décrit les lignes directrices déontologiques sur lesquelles on peut se reposer, non seulement comme des outils internes qui permettent de traiter le déséquilibre des pouvoirs par des styles de médiation, mais aussi comme code de déontologie externe inhérent au processus même. De plus, la thèse suggère des lignes de démarcations juridiques qui permettraient de compenser une différence de pouvoir. La conclusion montre qu’une transformation peut s’opérer en présence d’une dispute et donc que la médiation est une solution prometteuse pour résoudre les conflits.» (p. iii)