La formation des représentations de l’amour au Québec, dans la société néolibérale

La formation des représentations de l’amour au Québec, dans la société néolibérale

La formation des représentations de l’amour au Québec, dans la société néolibérale

La formation des représentations de l’amour au Québec, dans la société néolibérales

| Ajouter

Référence bibliographique [12334]

Bergeron, Isabelle. 2004. «La formation des représentations de l’amour au Québec, dans la société néolibérale». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de sociologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Selon l’historien Norbert Élias, il y a une ‘interdépendance étroite entre les structures sociales et structures émotionnelles’. Inspiré par cette simple phrase d’Élias, notre mémoire investigue le rapport entre les conditions sociales d’existence des individus et leurs représentations de l’amour ou plus particulièrement il a pour but de comprendre quels sont les facteurs qui participent le mieux à la formation des représentations de l’amour.» (p. x)

Questions/Hypothèses :
«Nous croyons que ce qui participe le mieux à la formation des représentations de l’amour chez les jeunes adultes québécois sont les médias de masse, et plus particulièrement le duo cinéma/télévision.» (p. 74)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude repose sur un échantillon composé de douze jeunes adultes du Québec âgés de 25 à 34 ans.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À la lumière de ses recherches, l’auteure constate que «les jeunes adultes vivant dans le Québec néolibéral ont connu une diversité de parcours amoureux, lesquels sont à des degrés divers marqués par la préférence au complexe de l’amour romantique. Ainsi, pour eux, non seulement la durée et la stabilité de la relation amoureuse sont des déterminants de sa qualité, mais celle-ci n’est satisfaisante que si elle correspond à la façon idéalisée dont on se la représente.» (p. 120-121) «[S]ur le plan des quatre composantes majeures du complexe de l’amour romantique, le coup de foudre, la fidélité, la place de l’amour dans la vie sociale et le mariage comme forme institutionnelle de l’union amoureuse, on retrouve chez les jeunes adultes des sentiments à la fois d’attirance vers le complexe d’adhésion, et de rejet de celui-ci.» (p. 150) L’auteure constate également que «même si les jeunes adultes ont une vision très critique et plutôt négative des représentations de l’amour présentes dans les médias de masse, il n’en demeure pas moins qu’ils sont conscients de l’attrait et de l’influence que celles-ci ont sur leur conception de l’amour.» (p. 209)