Child Marriage in Islamic Law

Child Marriage in Islamic Law

Child Marriage in Islamic Law

Child Marriage in Islamic Laws

| Ajouter

Référence bibliographique [12328]

Ali, Anjum Ashraf. 2000. «Child Marriage in Islamic Law». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université McGill, Département d’études islamiques.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette recherche tentera d’approfondir l’analyse des coutumes du mariage des mineurs dans la loi islamique et sa pratique dans la société musulmane. Le but de cette recherche est de comprendre le statut du mariage des enfants dans le monde moderne des Musulmans comme une continuation des anciennes traditions. De plus, on regardera l’histoire des interprétations dans la loi islamique et le rôle qu’elle joue dans sa perpétuation.» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Ces communautés musulmanes qui s’obstinent à pardonner et à pratiquer le mariage des enfants ne sont pas seulement affectées par les traditions culturelles mais aussi par leur manière de comprendre la loi islamique. Cette compréhension particulière vient surtout des dirigeants religieux locaux au sein des communautés qui fondent leurs justifications sur des perspectives médiévales et des interprétations de la loi divine. Ce n’est pas un concours de coïncidence que le mariage des enfants est limité aux familles des régions rurales de la société; c’est-à-dire celles qui sont appauvries et sans instruction. Ce sont ces gens-là qui ont peu de choix par rapport à leur avenir. En raison de ces réalités dures, il est difficile pour eux de trouver des solutions pour s’en sortir.» (p. ii) «In this way, many perceived that the marriage of their young children, even if it were contractual only and not yet consummated, would permit the parents to hand over their child to a ‘caretaker’ of sorts, whether it was the child’s spouse or in-laws, thereby relieving some of the consternation felt regarding the financial support one’s children required. Other seemingly less benevolent reasons why parents preferred to marry their children at very young ages include strengthening ties between families or creating business and political alliances.» (p. 119)