L’influence du réseau social sur la trajectoire de demande d’aide des hommes en difficulté

L’influence du réseau social sur la trajectoire de demande d’aide des hommes en difficulté

L’influence du réseau social sur la trajectoire de demande d’aide des hommes en difficulté

L’influence du réseau social sur la trajectoire de demande d’aide des hommes en difficultés

| Ajouter

Référence bibliographique [12297]

Turcotte, Daniel. 2001. «L’influence du réseau social sur la trajectoire de demande d’aide des hommes en difficulté». Dans Hommes, intervention et changement , sous la dir. de Gilles Rondeau et Hernandez, Stéphane, p. 27-53. Actes du colloque dans le cadre du 69e Congrès de l’ACFAS tenu à Sherbrooke le 17 mai 2001. Montréal: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce texte présente les résultats de recherche dont l’objectif est de mieux comprendre la démarche qui conduit certains hommes confrontés à des problèmes de violence [conjugale] ou de toxicomanie, ou à des idéations suicidaires, à faire une demande d’aide.» (p. 27)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uelles sont les circonstances qui conduisent certains hommes à faire une demande d’aide? [Q]uelle est l’influence du réseau primaire et du réseau secondaire sur leur démarche de demande d’aide? [Q]uels sont, pour les hommes en difficulté, les éléments facilitant et les obstacles à la recherche d’aide?» (p. 28)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte 69 hommes, plus spécifiquement, il s’agit de «40 […] hommes ayant consulté un organisme pour conjoints violence, 19 […] hommes traités en toxicomanie et 10 […] hommes ayant pris contact avec un organisme de prévention du suicide.» (p. 34)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Selon ce qui ressort des données de cette recherche, chez les hommes, la décision de demander de l’aide survient dans un contexte de problème majeur dans les relations avec l’entourage, et particulièrement l’entourage immédiat, c’est-à-dire la conjointe et les enfants. Si cette décision n’est pas toujours précédée d’un événement spécifique, toutefois elle se situe dans une période d’effritement des rapports avec les autres, de diminution de sa performance au travail ou de détérioration de sa santé physique ou mentale. […] La décision de demande de l’aide se situe donc généralement dans un contexte de crise. […] Toutefois, dans la mesure où l’influence du réseau s’inscrit pour plusieurs dans une dynamique de négociation ou de pression, le poids de cette influence, une fois la démarche d’aide amorcée, risque de se modifier. En effet, plusieurs hommes demandent de l’aide dans un contexte de crise provoquée par la perte de leur conjointe ou par l’éventualité de la perdre.» (p. 48-49) À noter qu’une «très grande proportion de répondants (85%) affirment que la relation avec leur conjoint et, pour certains, avec leurs enfants, était très détériorée lors de leur décision de demander de l’aide. C’est le plus souvent dans un contexte caractérisé par des relations conjugales conflictuelles et violentes que se situe la démarche des conjoints violents et des toxicomanes. Ainsi, pour plusieurs, cette démarche apparaît traduire une volonté de changer le cours d’un processus d’effritement de leurs relations conjugales et familiales.» (p. 37-38)