Les facteurs associés à l’abandon et à la persévérance des survivantes d’agression sexuelle dans les groupes de soutien

Les facteurs associés à l’abandon et à la persévérance des survivantes d’agression sexuelle dans les groupes de soutien

Les facteurs associés à l’abandon et à la persévérance des survivantes d’agression sexuelle dans les groupes de soutien

Les facteurs associés à l’abandon et à la persévérance des survivantes d’agression sexuelle dans les groupes de soutiens

| Ajouter

Référence bibliographique [12257]

Robichaud, Manon, Hébert, Martine, Diotte, Michèle et Dubé, Isabelle. 2007. Les facteurs associés à l’abandon et à la persévérance des survivantes d’agression sexuelle dans les groupes de soutien. Coll. «Collection Études et Analyses», no 40: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]e présent projet a comme objectifs de: dresser le profil des participantes ayant poursuivi la démarche du groupe de soutien offert par le CALAS (Centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles) de l’Outaouais et celles qui l’ont abandonné; explorer les motifs pour lesquelles les survivantes d’AS (agression sexuelle) abandonnent ou poursuivent le groupe de soutien; documenter le niveau de satisfaction des participantes face à la démarche de groupe offerte.» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de cette étude est composé de 26 femmes qui ont vécu une agression sexuelle (AS) au cours de leur vie et qui ont participé à un groupe de soutien offert par le CALAS (Centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles) de l’Outaouais. «Les données recueillies à la fin de la démarche du groupe de soutien le sont par l’entremise d’une entrevue téléphonique enregistrée d’une durée de 20 minutes environ, constituée de questions fermées et ouvertes afin de connaître l’opinion des participantes à l’égard de l’aide apportée par le groupe de soutien ainsi que les motifs pour lesquels elles ont maintenu ou abandonné leur participation au groupe de soutien.» (p. 10)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les données issues des analyses quantitatives révèlent peu de différences entre les femmes qui complètent les groupes et celles qui abandonnent. Ainsi, aucune des caractéristiques liées à l’AS ne distinguent les deux groupes. Toutefois, les données colligées indiquent que la majorité des participantes ont vécu l’inceste, que l’agresseur était une personne issue de la famille immédiate ou de la famille élargie, et que les agressions sexuelles ont débuté pendant l’enfance. De plus, près du tiers des participantes ont été revictimisées. […] Quelques différences sont notées entre les participantes qui abandonnent et celles qui poursuivent le groupe. Les différences proviennent des données sociodémographiques et des antécédents de violence. En ce sens, les femmes qui abandonnent sont plus jeunes et sont plus nombreuses à avoir été témoin des blessures corporelles de leurs parents. De plus, des résultats marginaux sont à noter. Les femmes qui abandonnent semblent être moins scolarisées, sont plus nombreuses à avoir subi des punitions corporelles dans leur enfance, et à avoir des symptômes de réexpérimentation. De plus, elles sont aussi plus nombreuses à avoir été hospitalisées par le passé.» (p. 49-50)