Un protocole de dépistage systématique de la violence conjugale. Mesure de l’efficacité

Un protocole de dépistage systématique de la violence conjugale. Mesure de l’efficacité

Un protocole de dépistage systématique de la violence conjugale. Mesure de l’efficacité

Un protocole de dépistage systématique de la violence conjugale. Mesure de l’efficacités

| Ajouter

Référence bibliographique [12256]

Rinfret-Raynor, Maryse, Turgeon, Joane et Dubé, Myriam. 2002. «Un protocole de dépistage systématique de la violence conjugale. Mesure de l’efficacité ». Revue cananadienne de santé mentale communautaire, vol. 21, no 1, p. 85-99.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette recherche vise à évaluer l’implantation du protocole de dépistage systématique de la violence conjugale au CLSC Saint-Hubert sous cinq angles bien précis, soit en fonction de son efficacité, de son applicabilité, de ses effets sur la clientèle, de même que sur l’intervention et la structure organisationnelle. Le présent article fait état de l’évaluation de l’efficacité de ce protocole, en vérifiant si son utilisation a permis aux intervenantes et intervenants d’identifier un plus grand nombre de femmes victimes de violence conjugale dans leur pratiques au CLSC.» (p. 88)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La lecture des notes consignées dans les dossiers des usagères par les professionnelles et professionnels est le moyen utilisé pour vérifier la présence de violence conjugale. […] Cette méthode a permis de cibler un très grand nombre de dossiers (au total 1259 dans les deux CLSC, soit 502 au CLSC témoin en 1995 et, 254 au CLSC Saint-Hubert en 1994 et 503 en 1995).» (p. 88-89)

Instruments :
- Grille d’observation
- Guide d’entretien
- Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«En conclusion, le protocole s’est avéré efficace et d’application facile. La grille permet aux professionnelles et professionnels de vérifier les signes que d’autres professionnelles et professionnels ont déjà identifiés ainsi que de prendre des moyens pour dépister la violence conjugale. La connaissance des signes de violence conjugale et l’utilisation des trois instruments du protocole accroissent la capacité de dépister non seulement des victimes actuelles, mais aussi des femmes qui ont subi de la violence conjugales dans le passé. Le projet de recherche au CLSC Saint-Hubert a, par ailleurs, des résultats tout aussi intéressants en ce qui concerne le transfert des connaissances. En effet, l’expérience du CLSC Saint-Hubert a suscité un vif intérêt de la part de l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux qui y a vu une façon stratégique de répondre à la politique gouvernementale d’intervention en matière de violence conjugale, ’Prévenir, dépister, contrer’ (Gouvernement du Québec, 1995), qui identifie l’implantation du dépistage systématique de la violence conjugale comme une stratégie dans la lutte contre cette violence.» (p. 95-96)