Le dépistage de la violence conjugale dans les centres hospitaliers. Implantation et évaluation d’un ensemble d’outils

Le dépistage de la violence conjugale dans les centres hospitaliers. Implantation et évaluation d’un ensemble d’outils

Le dépistage de la violence conjugale dans les centres hospitaliers. Implantation et évaluation d’un ensemble d’outils

Le dépistage de la violence conjugale dans les centres hospitaliers. Implantation et évaluation d’un ensemble d’outilss

| Ajouter

Référence bibliographique [12254]

Rinfret-Raynor, Maryse, Dubé, Myriam et Drouin, Christine. 2006. «Le dépistage de la violence conjugale dans les centres hospitaliers. Implantation et évaluation d’un ensemble d’outils ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 19, no 1, p. 72-90.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Un outil de dépistage et d’intervention en violence conjugale a été implanté dans différents départements de deux centres hospitaliers. Ce projet de recherche évaluative fait état des facteurs qui ont favorisé ou nui à l’implantation du protocole.» (p. 72)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[D]es entrevues qualitatives ont été réalisées auprès des cadres ayant participé à l’implantation de la trousse d’instruments dans les deux hôpitaux. […] Au total, trois cadres du Centre hospitalier régional du Suroît et cinq cadres de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ont été rencontrés. La moyenne d’âge des répondants était de 49 ans (É.T. = 6,88) et les femmes étaient majoritaires (62,5%). Ces cadres avaient, en moyenne, 14 années d’expérience (É.T. = 6,23) en tant que gestionnaire en milieu hospitalier.» (p. 80)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Ainsi, [les cadres] mentionnent que le contenu et le format du DEDRI [trousse d’instrument qui vise à faciliter le Dépistage, l’Évaluation, la Documentation, la Référence et l’Intervention en violence conjugale] en font un ouvrage de consultation et de formation continue et même d’enseignement permettant à leur personnel d’améliorer l’efficacité des interventions en violence conjugale. En revanche, selon eux, le DEDRI ne doit pas être utilisé comme un instrument de travail quotidien. Les professionnels et professionnelles de la santé parlent d’un outil trop volumineux, dont les formulaires sont trop laborieux à remplir et à consigner dans des dossiers propres à la problématique. C’est pourquoi les cadres suggèrent de modifier et de simplifier la trousse d’instrument afin qu’elle devienne un outil de dépistage facilement utilisable par tout le personnel de l’hôpital. […] les cadres rapportent aussi certaines caractéristiques organisationnelles qui ont desservi l’implantation du DEDRI. Ils mentionnent ainsi un manque de ressources humaines (pénurie d’infirmière, roulement de personnel) et budgétaires. Ces caractéristiques ne sont pas indépendantes du contexte hospitalier québécois au moment de la recherche.» (p. 85)