Familles et réseau familial extra-résidentiel : une réflexion sur les limites de la définition statistique de la famille

Familles et réseau familial extra-résidentiel : une réflexion sur les limites de la définition statistique de la famille

Familles et réseau familial extra-résidentiel : une réflexion sur les limites de la définition statistique de la famille

Familles et réseau familial extra-résidentiel : une réflexion sur les limites de la définition statistique de la familles

| Ajouter

Référence bibliographique [12221]

Lapierre-Adamcyk, Évelyne, Le Bourdais, Céline et Martin, Valérie. 2009. «Familles et réseau familial extra-résidentiel : une réflexion sur les limites de la définition statistique de la famille ». Cahiers québécois de démographie, vol. 38, no 1, p. 5-39.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article propose une réflexion sur les effets de la contrainte qu’impose cette définition statistique de la famille, sur l’identification et le repérage des structures familiales nouvelles.» (p. 6)

Questions/Hypothèses :
Les auteures de l’article abordent plusieurs questionnements. «Comment peut-on repérer les familles qui possèdent un réseau familial extra-résidentiel? Combien de familles peuvent être classées comme ayant un réseau familial extra-résidentiel lié au fait que l’un ou les deux parents ont des enfants d’une union antérieure qui ne résident pas avec eux? Quels sont les échanges qui s’opèrent entre les membres d’une famille dont certains membres sont à l’extérieur du foyer? Quelle est la nature de ces échanges: soutien financier, contacts plus ou moins fréquents? Quelle est la distance entre le parent non résidant et ses enfants? La situation est-elle la même pour les enfants des familles monoparentales et pour ceux des familles recomposées? Peut-on estimer combien de parents non résidants forment avec leurs enfants des unités «assimilables» aux familles monoparentales lorsque les contacts et échanges sont fréquents?» (p. 13)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données utilisées proviennent de l’Enquête sociale générale de 2001 réalisée par Statistique Canada.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Monoparentalité et recomposition familiale font dorénavant partie de la vie familiale. Dans ce contexte, souvent les parents séparés ne vivent plus au quotidien avec leurs enfants, sans que ne s’éteignent les droits et les obligations qui les unissent. Le maintien de ces relations parent-enfants met en cause la pertinence de la définition statistique de la famille fondée sur la corésidence. […] Les résultats […] montrent que le nombre de ménages qui, à un moment ou l’autre, accueillent des enfants de moins de 18 ans augmente de 13 %, lorsque l’on tient compte du réseau familial extra-résidentiel. La vérification de l’existence de relations concrètes entre parents et enfants qui ne vivent pas ensemble rencontre cependant des embûches liées aux perceptions divergentes des parents selon qu’ils habitent ou non avec leurs enfants, ainsi qu’aux difficultés associées à la représentativité des échantillons des parents non résidants.» (p. 5)