Dépistage de la violence faite aux femmes : Épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de mesure français

Dépistage de la violence faite aux femmes : Épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de mesure français

Dépistage de la violence faite aux femmes : Épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de mesure français

Dépistage de la violence faite aux femmes : Épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de mesure françaiss

| Ajouter

Référence bibliographique [12181]

Brown, Judith Brown, Schmidt, Gail, Lent, Barbara, Sas, George et Lemelin, Jacques. 2001. «Dépistage de la violence faite aux femmes : Épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de mesure français ». Le Médecin de famille canadien / Canadian Family Physician, vol. 47, p. 988-995.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif est de «reproduire, dans un milieu francophone, des épreuves de validation et de fiabilité d’un instrument de dépistage de la violence faite aux femmes, The Woman Abuse Screening Tool (WAST), ainsi qu’une version abrégée (WAST-Short) comportant deux questions.» (p. 988)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les participantes sont «25 femmes victimes de violence demeurant dans deux maisons de refuge ainsi qu’un échantillon de commodité tiré de les mêmes [sic] communautés et composé de 21 femmes autovérifiées qui ne sont pas victimes de violence.» (p. 988)

Instruments :
Woman Abuse Screening Tool (WAST)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Il a été démontré que la fiabilité et la validité de la version française du WAST sont bonnes et qu’elle a discriminé entre des échantillons connus de femmes victimes de violence et de femmes non victimes de violence. Comparativement à la version anglaise du WAST-Short, la version française était moins performante et devrait être améliorée. Globalement, la version française du WAST est prometteuse; toutefois, il faut en faire d’autres évaluations avant de pouvoir en préconiser l’application globale dans un contexte de médecine familiale.» (p. 994-995)