Intervenir en violence conjugale : la démarche d’une équipe interdisciplinaire en périnatalité

Intervenir en violence conjugale : la démarche d’une équipe interdisciplinaire en périnatalité

Intervenir en violence conjugale : la démarche d’une équipe interdisciplinaire en périnatalité

Intervenir en violence conjugale : la démarche d’une équipe interdisciplinaire en périnatalités

| Ajouter

Référence bibliographique [12167]

Bernier, Diane, Bérubé, Julie, Hautecoeur, Maeve et Pagé, Geneviève. 2005. Intervenir en violence conjugale : la démarche d’une équipe interdisciplinaire en périnatalité. Coll. «Collection Études et Analyses»: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence faite aux femmes et la violence familiale (CRI-VIFF).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La démarche décrite dans le présent rapport est le résultat d’une initiative de l’équipe VICTOIRE prise à l’automne 1999. […] L’objectif premier de VICTOIRE était de contribuer de façon significative au développement des connaissances dans le domaine de la violence conjugale.» (p. 3) «L’objectif ultime de cette démarche visait l’amélioration de l’intervention clinique auprès des femmes enceintes issues de milieux défavorisés et victimes de violence conjugale.» (p. 5)

Questions/Hypothèses :
«Trois questions émergèrent lors de l’élaboration de la démarche de recherche, soit: comment aider une cliente qui vit de la violence conjugale? Quelle intervention doit-on privilégier? Quelle intervention doit-on éviter?» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur la participation de 15 femmes qui recevaient les services des programmes OLO (Œufs-Lait-Orange), PRINSIP (Programme régional intégré de services et d’interventions en périnatalité) ou PSJP (Programme de soutien aux jeunes parents), et qui ont subi de la violence conjugale de la part de leur conjoint.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’équipe a-t-elle répondu à l’objectif ultime de cette démarche, soit l’amélioration de l’intervention clinique auprès des femmes enceintes issues de milieux défavorisés et victimes de violence conjugale? Les intervenantes estiment qu’il y a eu une évolution au sein de l’équipe et qu’elles se sentent beaucoup moins démunies face à cette clientèle. Cependant, pour évaluer rigoureusement l’atteinte de cet objectif, il faudrait une évaluation objective de l’intervention; il s’agit là d’une entreprise d’envergure qui n’a jamais été envisagée dans le cadre de la présente démarche de recherche-action. L’équipe a la conviction que son expérience est transférable. Ce type de démarche peut se réaliser en lien avec d’autres problématiques et par d’autres équipes de travail. Les prérequis sont la stabilité d’un noyau des membres, le désir d’apprendre, la solidarité et la confiance mutuelle. Ces deux derniers ingrédients sont indispensables pour permettre des discussions aussi détaillées et personnelles des interventions.» (p. 91-92)