Les facteurs impliqués dans l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant

Les facteurs impliqués dans l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant

Les facteurs impliqués dans l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant

Les facteurs impliqués dans l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [12153]

Houde-Charron, Marie-Christine. 2013. «Les facteurs impliqués dans l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant». Thèse de doctorat, Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette thèse par articles «vise l’exploration des relations existant entre l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant et certaines variables cognitives et familiales reconnues comme étant associées au développement de l’anxiété. […] Le premier article explore les liens existant entre l’anxiété à l’égard de la santé et certains comportements parentaux perçus par l’enfant. […] Le deuxième article se consacre à l’exploration des liens existant entre l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant et certains processus cognitifs souvent présents chez les enfants anxieux ou les adultes hypocondriaques.» (p. iv-v)

Questions/Hypothèses :
Dans la première étude «[l]’hypothèse centrale qui est soulevée est la suivante: la perception qu’a l’enfant d’un faible niveau de chaleur émotionnelle et d’un niveau élevé de rejet, de contrôle et de comportements anxieux chez ses parents prédit une part significative de l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant.» (p. 63) La deuxième étude vise à «tester l’hypothèse selon laquelle certains processus cognitifs, tels l’intolérance à l’incertitude sensorielle, la sensibilité à l’anxiété et l’interprétation erronée des symptômes (explication somatique), prédisent une part significative de l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant. L’hypothèse selon laquelle le fait d’être une fille prédit une part significative de l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant sera également vérifiée.» (p. 117-118)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est le même pour les deux études et compte «[d]eux cent quarante-quatre enfants (l08 garçons et 136 filles) âgés entre 8 et 12 ans et leurs parents […].» (p. 57)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les résultats du premier article «démontrent que les comportements anxieux et de contrôle du père et de la mère perçus par les garçons et les filles prédisent l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant. Les analyses démontrent aussi un effet modérateur du sexe dans lequel la perception de chaleur émotionnelle chez la mère et chez le père prédit une part significative d’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant, mais seulement dans le cas des garçons. De plus, la perception de rejet chez le père prédit une part significative d’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant, mais seulement dans le cas des filles. Il n’y a aucune relation significative entre l’auto-évaluation des comportements des parents et l’anxiété à l’égard de la santé de leur enfant. [L]es résultats [du deuxième article] laissent croire qu’il existe peu de liens entre les variables sociodémographiques à l’étude et l’anxiété à l’égard de la santé chez l’enfant, sauf pour ce qui est du sexe de l’enfant. Au plan des processus cognitifs, il semble que la sensibilité à l’anxiété, l’évitement cognitif, l’intolérance à l’incertitude et l’attitude négative face aux problèmes soient significativement corrélés à l’anxiété à l’égard de la santé chez les garçons et chez les filles. Les analyses indiquent que la sensibilité à l’anxiété et l’intolérance à l’incertitude prédisent l’anxiété à l’égard de la santé chez les garçons et chez les filles.» (p. iv-v)