L’agencement des relations père-enfant et mère-enfant; liens avec le développement social d’enfants d’âge préscolaire de familles nucléaires

L’agencement des relations père-enfant et mère-enfant; liens avec le développement social d’enfants d’âge préscolaire de familles nucléaires

L’agencement des relations père-enfant et mère-enfant; liens avec le développement social d’enfants d’âge préscolaire de familles nucléaires

L’agencement des relations père-enfant et mère-enfant; liens avec le développement social d’enfants d’âge préscolaire de familles nucléairess

| Ajouter

Référence bibliographique [12141]

Gagnon Lafond, Kristine. 2014. «L’agencement des relations père-enfant et mère-enfant; liens avec le développement social d’enfants d’âge préscolaire de familles nucléaires». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke (Québec), Université de Sherbrooke, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire s’intéresse à l’agencement des relations qu’un enfant maintient avec ses deux parents et à leurs effets sur le développement social de l’enfant. Plus spécifiquement, ce mémoire explore les relations d’attachement et d’activation.» (p. 5)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uel est le lien entre l’agencement des relations d’attachement et d’activation qu’un enfant maintient avec son père et sa mère, et son développement social?» (p. 59)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cinq enfants et leurs deux parents de familles nucléaires ont été recrutés.» (p. 61)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le résultat le plus marquant de cette étude est certainement le lien entre les agencements relationnels et les problèmes intériorisés. Plus spécifiquement, un cumul de relations problématiques pourrait mener au profil intériorisé. Or, le présent mémoire […] laisse entrevoir également un lien entre l’activation et les problèmes internalisés. [De plus,] les résultats de la présente étude montrent une possible dépendance entre l’insécurité à la mère et les problèmes d’activation avec le père, comme le démontrent les analyses descriptives. [Autre] constat: il semble qu’il existe, chez les enfants âgés entre 36 et 60 mois, peu de différences dans les relations père-enfant et mère-enfant et ce, tant pour l’activation que pour la sécurité. [Dernier] constat: les problèmes d’activation (sur-activation et sous-activation) seraient reliés avec un plus faible niveau de sécurité dans une même dyade parent-enfant.» (p. 87-88)