Impact de la monoparentalité et de la pauvreté combinées sur l’évolution des familles bénéficiant d’une intervention brève et intensive de crise

Impact de la monoparentalité et de la pauvreté combinées sur l’évolution des familles bénéficiant d’une intervention brève et intensive de crise

Impact de la monoparentalité et de la pauvreté combinées sur l’évolution des familles bénéficiant d’une intervention brève et intensive de crise

Impact de la monoparentalité et de la pauvreté combinées sur l’évolution des familles bénéficiant d’une intervention brève et intensive de crises

| Ajouter

Référence bibliographique [12138]

Breault, Ève-Marie. 2012. «Impact de la monoparentalité et de la pauvreté combinées sur l’évolution des familles bénéficiant d’une intervention brève et intensive de crise». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke (Québec), Université de Sherbrooke, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de la présente étude vise à documenter l’évolution de familles confrontées à la monoparentalité et la pauvreté suite à une intervention brève et intensive de crise.» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte «deux sous-groupes de familles soit des familles monoparentales bénéficiant d’un revenu familial annuel faible (moins de $40,000/année) (familles défavorisées) (n=10) et des familles biparentales bénéficiant d’un revenu familial annuel plus favorable (plus de $40,000/année) (familles favorisées) (n=50).» (p. 2)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les premières analyses comparatives ont permis de constater que globalement, du point de vue des adolescents, l’ensemble des familles ont connu en moyenne une évolution positive sur la plupart des dimensions évaluées concernant le fonctionnement familial sauf en ce qui concerne l’investissement affectif et le contrôle des comportements. De même, les adolescents rapportent que les pratiques éducatives ont évolué positivement sur les plans de l’engagement des parents et des pratiques parentales positives. De plus, selon le point de vue des parents répondants, il apparaît que les familles ont connu une évolution positive sur l’ensemble des dimensions mesurées concernant le fonctionnement de la famille. En outre, il ressort que les familles ne connaissent pas d’évolution significative suite à l’intervention sur la presque totalité des dimensions mesurées concernant les pratiques éducatives sauf en ce qui concerne la discipline inconsistante. [L]es familles défavorisées connaissent une évolution positive plus importante sur les plans de la distribution des rôles, de l’investissement affectif, du contrôle des comportements et de la discipline inconsistante selon le point de vue des parents répondants. Par ailleurs, on note, selon le point de vue des adolescents, une évolution négative plus importante des familles défavorisées sur les plans du contrôle des comportements comparativement aux familles favorisées.» (p. 2-3)