L’expérience parentale : pression du temps et ajustements professionnels

L’expérience parentale : pression du temps et ajustements professionnels

L’expérience parentale : pression du temps et ajustements professionnels

L’expérience parentale : pression du temps et ajustements professionnelss

| Ajouter

Référence bibliographique [1210]

Martin, Marie-France, Fadel, Anne-Marie, Ménard, Pierre-Olivier et Gagnon, Sandra. 2009. «L’expérience parentale : pression du temps et ajustements professionnels». Dans Concilier travail et famille : le rôle des acteurs France-Québec , sous la dir. de Marie-Agnès Barrère-Maurisson et Tremblay, Diane-Gabrielle, p. 223-251. Sainte-Foy, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article vise à présenter «[...] l’évolution de la situation démographique ainsi que celle de la situation des parents sur le marché du travail au Québec [...]», ainsi que «[...] la gestion du temps des parents.» (p.224)

Questions/Hypothèses :
«Comment [les parents] répartissent-ils leur temps dans une journée en fonction de la présence d’enfants? Comment réussissent-ils à gérer leur stress face à la pression du temps?» (p.224)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données tirées de l’«Enquête sur la population active» et de l’«Enquête sociale générale» de 2005 et 2006 de Statistique Canada

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les auteurs rappellent d’abord «[...] que le Québec est une société vieillissante, et soulignent aussi l’augmentation de l’activité féminine, allant dans le détail des analyses de la participation en fonction de la présence d’enfants. Les auteurs analysent ensuite la gestion du temps des parents. [...] Les données permettent notamment de conclure que, peu importe la présence ou pas d’enfants dans le ménage, les femmes travaillent moins à l’extérieur que les hommes au profit d’une plus grande part de leur journée consacrée aux travaux domestiques. Cette situation est toutefois nettement plus frappante chez les parents ayant de jeunes enfants (moins de 5 ans). Le temps libre dont disposent les mères est également inférieur à celui des pères, de sorte que les femmes assument encore une plus grande part de la conciliation travail-famille. Les parents d’aujourd’hui consacrent aussi plus de temps aux soins des enfants que ceux du milieu des années 1980, notamment les pères. Par ailleurs, les femmes, et surtout les mères, se sentent plus stressées par le manque de temps que les hommes. Enfin, sur le plan des congés parentaux, un certain engouement s’est manifesté, particulièrement chez les pères.» (pp.6-7)