L’effet d’un programme d’aide sociale sur le confiage des enfants en Afrique du sud

L’effet d’un programme d’aide sociale sur le confiage des enfants en Afrique du sud

L’effet d’un programme d’aide sociale sur le confiage des enfants en Afrique du sud

L’effet d’un programme d’aide sociale sur le confiage des enfants en Afrique du suds

| Ajouter

Référence bibliographique [12095]

Mendez-Leblond, Sacha. 2013. «L’effet d’un programme d’aide sociale sur le confiage des enfants en Afrique du sud». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, Département d’économique.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette étude aborde «l’impact d’une subvention sur le confiage des enfants en Afrique du sud.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cette étude utilise un échantillon du recensement 2001 de l’Afrique du Sud provenant du centre de données de l’Afrique du Sud (SADA). Nos données représentent 3 725 655 individus, soit 10 % du recensement de 2001. Parmi ces individus, nous avons sélectionné 800 560 enfants de couleur noire ayant moins de 12 ans qui répondent au critère de citoyenneté et qui vivent au moins 5 jours par semaine dans leur résidence. Tous ces enfants ont au moins un parent en vie.» (p. 11)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Près de 28 % des enfants non orphelins de ce pays ne vivent pas avec leurs parents. Ces enfants peuvent être confiés lorsque leurs parents sont soumis à des contraintes financières. Aussi, les parents peuvent choisir d’envoyer leurs enfants pour de meilleures opportunités dans un autre ménage. En 1998, le gouvernement d’Afrique du Sud a introduit un programme d’aide à l’enfant Child Support grant (CSG) visant les enfants pauvres en particulier et qui prend la forme d’une allocation. Ce programme permet ainsi de protéger les familles et leurs enfants contre des variations économiques pouvant les affecter. Les parents peuvent réclamer l’allocation sauf dans le cas où une autre personne est responsable de l’enfant. Nous exploitons le seuil d’admissibilité de 7 ans à l’aide d’une méthode de régression discontinue afin d’évaluer l’effet de ce programme sur le confiage. Nous trouvons que le programme CSG contribue à diminuer le confiage des enfants pauvres. Ce résultat suggère que c’est la pauvreté qui pousse les parents à confier leurs enfants à des tiers.» (p. iii)