Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois ’communautés’ éducatives -juive, musulmane et Steiner- à Montréal

Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois ’communautés’ éducatives -juive, musulmane et Steiner- à Montréal

Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois ’communautés’ éducatives -juive, musulmane et Steiner- à Montréal

Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois ’communautés’ éducatives -juive, musulmane et Steiner- à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [12027]

Tremblay, Stéphanie. 2013. «Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois ’communautés’ éducatives -juive, musulmane et Steiner- à Montréal». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département d’administration et fondements de l’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre objectif général consiste donc à comprendre comment la dimension religieuse ou spirituelle d’écoles privées de groupes ou courants minoritaires (juives, musulmanes, Steiner) se traduit dans les discours et pratiques de l’école. La mise en lien d’écoles abritant des projets éducatifs minoritaires de différentes natures vise par ailleurs à poser un regard plus large sur l’identité, ethnique ou religieuse.» (p. ii)

Questions/Hypothèses :
«[L]a question générale qui guide l’ensemble de notre recherche est la suivante: Comment la dimension religieuse ou spirituelle d’écoles privées montréalaises se traduit-elle dans les discours et pratiques de l’école? De cette interrogation générale, nous nous poserons trois questions principales: Comment -jusqu’à quel point et sous quels aspects- la dimension religieuse ou spirituelle d’écoles privées de groupes ou de courants minoritaires (juives, musulmanes, Steiner) se traduit‐elle dans les discours et pratiques de l’école, en particulier des enseignants? Y a-t-il des différences ou des convergences significatives entre les écoles analysées, et leurs statuts de minoritaires, quant au rôle de la dimension religieuse ou spirituelle dans les discours et pratiques de l’école?» (p. 55)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Notre démarche méthodologique [...], d’inspiration ethnographique, s’articule autour d’observations participantes en 5e et en 6e année du primaire et en 1re et 2e année du secondaire (environ 3 jours par classe) et à plus de 45 entrevues, menées auprès des enseignants, des directions d’école et des parents d’élèves.» (p. ii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Le premier chapitre d’analyse […] illustre d’abord un cas relativement ‘pur’ de communalisation, puisque l’école Steiner produit du spirituel sans forcément se situer dans un rapport de force avec d’autres groupes sociaux. Cela reflète donc comment une lignée identitaire peut être construite grâce à l’enracinement dans une tradition et une mémoire ‘créées’ par l’école. L’école musulmane […] adapte plutôt les références associées à la religion de manière à constituer un ‘pont’ entre la socialisation primaire et celle de la société d’accueil. […] En ce qui concerne l’école juive […], elle permet surtout d’attester une communauté ethno religieuse extérieure. La tradition juive enseignée à l’école, souvent qualifiée de ‘traditionalisme non religieux’ par les acteurs scolaires, présente donc peu de réinterprétations ou de transformations dans ce contexte scolaire. Un dernier chapitre d’analyse […], abordant les trois écoles dans une perspective comparative, met notamment en perspective comment ces trois institutions transmettent une culture identitaire et un style de vie débordant le cadre scolaire, qui englobent les croyances religieuses et/ou spirituelles, mais ne s’y réduisent pas.» (p. ii-iii) Cette thèse aborde aussi les droits des parents dans l’éducation de leurs enfants, les raisons de leur choix d’école et les relations entre l’école et la famille.