La prévalence de la sous-performance scolaire et l’étude de ses déterminants chez les élèves québécois doués et non-doués du secondaire

La prévalence de la sous-performance scolaire et l’étude de ses déterminants chez les élèves québécois doués et non-doués du secondaire

La prévalence de la sous-performance scolaire et l’étude de ses déterminants chez les élèves québécois doués et non-doués du secondaire

La prévalence de la sous-performance scolaire et l’étude de ses déterminants chez les élèves québécois doués et non-doués du secondaires

| Ajouter

Référence bibliographique [12011]

Rivest, Magalie. 2013. «La prévalence de la sous-performance scolaire et l’étude de ses déterminants chez les élèves québécois doués et non-doués du secondaire». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Faculté d’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Les objectifs du présent mémoire sont de documenter l’ampleur du phénomène de sous-performance scolaire chez les élèves doués et non-doués du secondaire et de vérifier, sur une base exploratoire, si les caractéristiques associées à la sous-performance scolaire des élèves doués sont les mêmes que celles liées à la sous-performance scolaire d’une population normative.» (p. xv)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dans le but d’atteindre les deux objectifs de la présente recherche, un devis descriptif et corrélationnel a été utilisé. Plus précisément, puisque ce devis s’appuie sur des données déjà recueillies dans le cadre d’un protocole de recherche évaluative de la stratégie d’intervention Agir autrement (SIAA) promue par le MELS (Janosz et al., Volume I 2010), il s’agit également d’une analyse secondaire de données.» (p. 63) L’échantillon utilisé au final est composé de 9 541 élèves du secondaire.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Dans une population normative, les sous-performants sont majoritairement des enfants issus de familles monoparentales. De plus, le fait d’être un enfant unique semble être un facteur de protection (Cheung et Rudowicz, 2003). Chez les doués, Goertzels (1978) (cité dans Passow, 2004, p. 7) s’est intéressé aux facteurs associés aux adultes doués ayant remarquablement bien réussi, ceux qui, dans la littérature, sont appelés ‘eminent people’. Il a observé que les personnes douées ayant réussi étaient la plupart du temps des aînés de famille ou des enfants uniques.» (p. 57-58) Les résultats montrent une «absence de relation significative entre le soutien parental et la sous-performance scolaire […]. Toutefois, il existe une covariance entre le soutien parental et l’indiscipline inversée, qui elle, est une variable significativement liée à la sous-performance scolaire (corrélation de Pearson de 0,387, p<0,001). D’ailleurs, le lien entre difficultés comportementales (indiscipline) et manque de soutien parental a été largement documenté (Vitaro et Gagnon, 2000).» (p. 130)