Services destinés aux adultes ayant une déficience motrice, plan d’action 2013-2015

Services destinés aux adultes ayant une déficience motrice, plan d’action 2013-2015

Services destinés aux adultes ayant une déficience motrice, plan d’action 2013-2015

Services destinés aux adultes ayant une déficience motrice, plan d’action 2013-2015s

| Ajouter

Référence bibliographique [11920]

Alarie, Françoise. 2013. Services destinés aux adultes ayant une déficience motrice, plan d’action 2013-2015. Montréal: Gouvernement du Québec, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, Direction générale.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Il importe dans un premier temps de rappeler les objectifs tels que décrits dans le mandat élaboré par le conseil d’administration de l’Agence et qui sont à la base du plan d’action 2013-2015:
- améliorer l’offre de service, les besoins de la clientèle et la configuration du réseau montréalais de la santé et des services sociaux qui repose sur deux grands principes, soit l’approche populationnelle et la hiérarchisation des services, vus sous l’angle de l’accessibilité universelle;
- développer une vision commune de certaines notions, notamment celles concernant les services spécialisés de réadaptation, de santé physique, de gestion des aides techniques et de la politique de soins à domicile;
- améliorer l’atteinte des objectifs du plan d’accès aux services pour les personnes ayant une déficience;
- renforcer les liens de collaboration intersectoriels avec les partenaires qui représentent cette clientèle;
- et enfin, déterminer des moyens concrets pour mieux supporter les familles, les proches et les intervenants.» (p. 10)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le présent rapport est basé sur «les données de l’enquête sur la participation et les limitations d’activités (EPLA, 2010).» (p. 11)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Une des lignes directrices des ‘Orientations ministérielles 2004-2009 en déficience physique’ concerne la nécessité d’apporter aux familles et aux proches le soutien nécessaire. […] Le niveau de soutien actuel fourni par les CSSS ne répond pas entièrement aux besoins et aux attentes des familles. Certains d’entre eux réduisent ou plafonnent l’aide financière attribuée à une personne, et ce, afin d’aider le plus grand nombre de familles possible. Cette situation affecte la portée réelle de ces interventions et requiert du proche aidant d’assumer une partie importante des services requis. Le maintien à domicile d’une personne qui présente un handicap moteur sévère nécessite un soutien à la personne et aux proches aidants afin d’éviter l’épuisement, la détresse et l’isolement. L’objectif demeure d’éviter de recourir, faute de services insuffisants à domicile, à un hébergement non adapté aux besoins. Le manque d’information sur la condition de l’aidé et son évolution, les ressources, programmes et autres aides disponibles font aussi partie de la problématique.» (p. 18)