Politiques familiales municipales : L’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale?

Politiques familiales municipales : L’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale?

Politiques familiales municipales : L’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale?

Politiques familiales municipales : L’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale?s

| Ajouter

Référence bibliographique [11873]

Rochman, Juliette et Tremblay, Diane-Gabrielle. 2012. «Politiques familiales municipales : L’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale? ». Politique et Sociétés, vol. 31, no 1, p. 3-46.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous analyserons […] dans quelle mesure la mise en œuvre des politiques familiales municipales contribue au renforcement de la marge de manœuvre des collectivités locales et favorise l’émergence de nouvelles formes de gouvernance locale.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Il est possible d’identifier trois périodes dans le processus de construction des politiques familiales au Québec: de 1987 à 1996, l’intervention du gouvernement était axée sur les prestations en espèces et le soutien financier aux familles. [L]a période de 1997 à 2003 a marqué un retournement complet de la situation. Les politiques en faveur des familles mettent alors davantage l’accent sur le développement accéléré des services de garde et sur la volonté de créer un régime québécois d’assurance parentale. […] La troisième période a débuté dans les années 2000, et plus concrètement en 2002 avec l’affirmation des politiques familiales municipales.» (p. 6-7) Les auteures notent que «[l]a diffusion des politiques familiales municipales et leur adoption par les collectivités locales se situent dans un contexte de diversification […] des mandats de ces dernières, associée à une stagnation, voire une réduction des budgets disponibles. En conséquence, ce processus de décentralisation/déconcentration ne s’est pas traduit par un renforcement de la marge de manœuvre des échelons locaux du pouvoir, au contraire. […] Dans les municipalités observées, les tendances à la fragmentation et les approches sectorielles ou ponctuelles constituaient les principaux freins à la portée des politiques et des projets et à leur adéquation aux besoins (des familles en particulier).» (p. 40)